Depuis 12 ans, ils attendaient de donner leur version. Douze ans à endurer les critiques sans répliquer, « comme un boxeur qui encaisse ». Hier, les policiers de Laval ont vu leur travail réhabilité par la cour en lien avec une perquisition funeste qui a coûté la vie à l'un des leurs, en 2007. Enfin, ils peuvent parler de l'homme qui a tué leur ami, l'agent Daniel Tessier.

VINCENT LAROUCHE LA PRESSE

Il y avait beaucoup d'yeux mouillés et de gorges nouées au quartier général de la police de Laval, hier, lorsque le directeur Pierre Brochet a réuni ses troupes pour les informer des faits nouveaux dans le dossier de leur collègue.

La juge de la Cour supérieure France Dulude venait de rendre sa décision dans la poursuite civile intentée contre la Ville de Laval par l'ex-femme et les enfants de Basil Parasiris, un trafiquant de cocaïne.

M. Parasiris avait tué l'agent Daniel Tessier en lui tirant trois projectiles de Magnum 357. Au terme d'un procès très médiatisé, il avait été acquitté du meurtre du policier en 2008 en plaidant la légitime défense. Il avait raconté que lorsque les policiers avaient fait irruption dans sa maison pour mener une perquisition à 5 h 10, il croyait avoir affaire à des malfaiteurs. Il n'était couché que depuis une heure, après avoir mélangé alcool, cocaïne et un Ativan. Il avait saisi son arme et tiré sur la première personne aperçue devant sa chambre.

La femme du trafiquant, Panagiota Gounis, avait été atteinte d'une balle à un bras pendant l'opération. Les enfants du couple, âgés de 7 ans et 15 ans à l'époque, disaient avoir été traumatisés par la fusillade qui avait éclaté dans leur maison, laissant les murs criblés de balles et les planchers maculés de sang. Ils réclamaient 250 000 $ en dommages. La poursuite traînait depuis 2008.

Or, après trois mois de procès civil, la juge constate que rien dans la preuve n'a montré que les policiers sont responsables du drame. 

« Les demandeurs n'ont donc pas établi, de façon probante, que les policiers ont commis une ou des fautes, et ils ont encore moins démontré que la ou les fautes sont causales de dommages. » - Extrait du jugement de la juge France Dulude

« La preuve a démontré que ce sont [les] coups de feu tirés par M. Parasiris qui sont à l'origine des événements qui se sont déroulés par la suite. L'opération n'était peut-être pas parfaite, mais ce n'est pas non plus le standard auquel les policiers sont tenus », écrit la magistrate dans son jugement.

La police et la Ville ne Laval n'auront donc rien à payer à la famille Parasiris.

Le chef de police Pierre Brochet n'aurait pu imaginer une autre issue. « C'était une question de principe à mon niveau. Humainement, donner de l'argent à quelqu'un qui a abattu un collègue... »

« Un bandit »

Au procès pour meurtre de Basil Parasiris, une partie de la preuve amassée par les policiers avait été cachée au jury. Les motifs de la perquisition avaient notamment été gardés confidentiels parce qu'un juge avait invalidé le mandat peu avant le début du procès.

Lors des procédures civiles, tout est sorti. Pour la première fois, les policiers ont pu exposer les raisons qui les avaient conduits à la résidence de M. Parasiris, à Brossard.

« On parle d'un bon bandit du crime organisé qui trempait dans le trafic de stupéfiants de haut niveau, qui était armé et intoxiqué. Un criminel qui a tué un policier en devoir. » - Pierre Brochet, directeur du Service de police de Laval

À la cour, les policiers ont expliqué comment le quartier Chomedey était alors aux prises avec un sérieux problème de « crackhouses », des logements miteux utilisés comme points de vente et de consommation de cocaïne et crack. Le phénomène allait de pair avec des coups de feu, des vols, beaucoup de prostitution de rue.

La police avait appris qu'un groupe de trafiquants d'origine grecque alimentait le secteur en stupéfiants. Leur fournisseur a été identifié comme Basil Parasiris, un homme d'affaires de Brossard.

Celui-ci était aussi connu de la police de Montréal. Un informateur l'avait relié à un groupe qui avait importé 250 kilos de cocaïne liquide de Colombie, cachée dans des bouteilles de vin. Mais ce fait avait dû être gardé secret en 2007 pour protéger l'enquête sur la filière d'importation.

Les policiers de Laval ont donc amorcé une enquête baptisée « Greek Connection ». Le matin du 2 mars, plusieurs perquisitions simultanées ont permis de saisir plusieurs kilos de cocaïne.

Retour sur les critiques formulées envers la police

Le travail des policiers avait été critiqué après l'échec de la poursuite dans le cadre du procès pour meurtre. La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) avait aussi exigé plus de précautions en matière de perquisitions.

Pendant des années, en raison de la poursuite civile qui n'était pas encore réglée, les policiers ne pouvaient répliquer.

« Non seulement nous avons perdu Daniel, mais les policiers ont [aussi] dû vivre avec la critique systématique de leur travail pendant des années. Ça ajoute à la frustration. C'est comme un boxeur qui encaisse les coups », explique le chef de police.

Or, dans son jugement, la juge Dulude affirme que si l'intervention n'était pas parfaite, elle était conforme aux normes de l'époque.

« Les corps de police travaillaient de cette façon-là à l'époque. Après cet épisode, c'est à la grandeur du Québec que les choses ont été changées. » - Pierre Brochet, directeur du Service de police de Laval

La juge Dulude a écarté toutes les critiques soulevées dans la poursuite contre la police : elle parle d'une enquête « rigoureuse et conforme aux normes ». D'une perquisition menée de la manière habituelle. D'une réponse tout à fait compréhensible de la part des policiers, qui ont ouvert le feu pour riposter après avoir vu leur collègue atteint mortellement.

Quant au fait que l'agent Daniel Tessier n'était peut-être pas assez clairement identifié comme un policier, ce qui aurait pu conduire Basil Parasiris à le prendre pour un cambrioleur, elle n'y accorde pas trop d'importance. Même si la question a été cruciale au procès pour meurtre.

« De l'admission même de M. Parasiris, il n'a pas pu voir si l'agent Tessier portait une identification puisqu'il a tiré dès qu'il a vu le visage de l'agent Tessier », dit-elle.

Le maire a perdu un ami

Le dossier avait une résonance particulière pour le maire de Laval, Marc Demers, lui-même un ancien policier qui a travaillé avec Daniel Tessier.

« Daniel était un ami à moi. Un bon vivant avec qui c'était quasiment impossible de se chicaner. Très efficace, dévoué. Un très bon policier qui était là pour les bonnes raisons, pour servir la population », s'est-il souvenu lors d'une rencontre avec La Presse hier.

M. Demers a tenu à saluer le « travail formidable » des trois avocats de la Ville qui ont piloté le dossier au civil : Alexandre Thériault-Marois, Maryann Carter et Hugues Doré-Bergeron.

Il dit être heureux du verdict obtenu devant la cour. Mais il sait que rien ne pourra ramener le disparu.

« Ça a laissé des traces. C'était très difficile. Ce sont des questions qui hantent tes nuits », laisse-t-il tomber.