Source ID:; App Source:

Deux policiers du SPVM arrêtés pour avoir maltraité un itinérant

Sur cette photo, l'édifice du quartier général du... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

Agrandir

Sur cette photo, l'édifice du quartier général du SPVM.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Deux patrouilleurs du SPVM, Patrick Guay et Pierre-Luc Furlotte, ont été arrêtés pour avoir maltraité un itinérant du centre-ville en l'abandonnant à la campagne, loin de la ville, il y a huit ans, a appris La Presse.

L'affaire aurait été étouffée à l'époque, même si la victime, Tobie-Charles Angers-Levasseur, avait déposé une plainte en bonne et due forme. Les faits ont été mis à jour par l'équipe mixte créée par le gouvernement afin de revérifier les anciens dossiers d'affaires internes du corps policier montréalais, dans la foulée d'allégations d'irrégularités. Il s'agirait d'ailleurs des premières arrestations officielles découlant d'une enquête effectuée par cette équipe mixte depuis sa création à la fin de février 2017.

Selon un communiqué publié par la Sûreté du Québec, les deux hommes ont été libérés et reviendront en cour à une date ultérieure. 

Accusés de séquestration 

Selon nos informations, les deux policiers du centre-ville avaient maille à partir avec un homme itinérant et, pour se débarrasser du problème, ils l'auraient embarqué dans une voiture de patrouille pour aller le déposer dans un coin reculé, bien en dehors de l'île de Montréal, en direction de l'Ontario.

Les deux agents, qui avaient de bons états de service jusqu'ici, font maintenant face à des accusations de séquestration, de voies de fait et de menaces de mort pour avoir emmené l'homme de force à l'extérieur de la ville.

Leur virée vers l'ouest les avait par ailleurs menés bien en dehors de leur secteur de travail.

Toujours selon nos informations, l'équipe mixte d'enquêteurs s'intéresse aussi à la façon dont l'ancien patron des affaires internes au SPVM, Costa Labos, aurait géré la plainte contre les patrouilleurs à l'époque. Ils jugent anormale la façon dont l'enquête avait été bouclée sans conséquence. M. Labos est suspendu, mais il n'a pas été arrêté. 

L'importance du lien de confiance 

L'inspecteur Ian Lafreniere, porte-parole du SPVM, a répété ce matin que le corps policier montréalais collabore « pleinement » avec l'équipe mixte. Les deux policiers visés ont été suspendus avec solde pour l'instant en vertu des dispositions de leur convention collective. Depuis l'automne dernier, ils avaient été déplacés à l'interne pour la durée de l'enquête.

« Nous avons avisé nos partenaires qui travaillent auprès de personnes vulnérables, des personnes en situation d'itinérance. Notre lien de confiance est important, et il y a beaucoup de choses qui ont été faites pour l'améliorer ces dernières années », souligne-t-il, en mentionnant notamment la création d'une équipe spécialisée en itinérance et santé mentale au centre-ville.

Une formation en partenariat avec la Mission Old Brewerie est présentement en train d'être donnée à des centaines de policiers. À la fin juin, ils devraient être 600 à l'avoir suivie.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer