(Montréal) Le Barreau du Québec estime que le système de justice risque d’être confronté à une crise de confiance qui commande un plan d’action majeur et l’injection d’importants investissements.

Publié le 27 mai
La Presse Canadienne

La bâtonnière du Québec, Me Catherine Claveau, affirme qu’au fil du temps, la justice a été négligée et que les conséquences de cette négligence ont été sous-estimées. À son avis, le système de justice expose des risques de dérapages et de ruptures de services pouvant causer des préjudices importants aux citoyens.

Le Barreau soumet au gouvernement du Québec des pistes de solutions, notamment d’optimiser les pouvoirs des greffiers spéciaux, de combler les besoins en matière d’interprètes judiciaires et de parajuristes, de confier aux juristes des pouvoirs accrus en matière de règlement des différends, de rendre la médiation obligatoire aux petites créances et de favoriser l’utilisation de plateformes technologiques pour le règlement de dossiers aux petites créances.

Dans un communiqué, l’ordre professionnel écrit vendredi que les juges en chef de la Cour supérieure et de la Cour du Québec réclament des investissements importants pour combler la pénurie de ressources judiciaires, essentielles au fonctionnement des tribunaux.

Il rappelle que les délais pour obtenir une audition à la Division des petites créances de la Cour du Québec s’allongent de façon inquiétante dans certains districts.

Le Barreau réclame une réforme complète des tarifs de l’aide juridique applicables aux mandats privés afin d’assurer la pérennité de cette offre de service pour les citoyens.