Bien qu’il se comporte de façon confuse et erratique, Ali Ngarukiye, accusé d’avoir tiré sur le policier Sanjay Vig, en janvier 2021, et d’avoir tué un codétenu l’été dernier, est déclaré apte à comparaître.

Publié le 15 février
Isabelle Ducas
Isabelle Ducas La Presse

Au début du mois de décembre, son avocat, MLloyd Fischler, avait annoncé qu’il contestait le rapport psychiatrique concluant à son aptitude à comparaître.

Or, mardi matin, MFischler a fait volte-face et fait savoir au tribunal qu’il ne contestait plus les conclusions des psychiatres ayant évalué son client.

Le juge Alexandre Saint-Onge a donc déclaré officiellement Ali Ngarukiye apte à avoir son procès.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Ali Ngarukiye

Comme il n’y a pas eu de témoignages des psychiatres, il est impossible de connaître le contenu de l’évaluation psychiatrique, qui demeure confidentielle.

L’accusé, qui assistait à l’audience par visioconférence depuis l’Institut Philippe-Pinel, où il est actuellement détenu, a interrompu le juge à quelques reprises, comme lors de ses comparutions précédentes.

Ali Ngarukiye est accusé d’avoir tenté de tuer le policier du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) Sanjay Vig dans le quartier Parc-Extension.

L’affaire avait fait les manchettes en janvier 2021, parce qu’un automobiliste sans histoire à qui l’agent venait de donner une contravention, Mamadi III Fara Camara, avait été injustement accusé de ce crime. Victime d’une erreur sur la personne, il a finalement été libéré six jours plus tard et innocenté sur toute la ligne par le SPVM, qui lui a même présenté des excuses.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Mamadi III Fara Camara

Deux mois plus tard, Ali Ngarukiye a été arrêté à Toronto.

Pendant sa détention préventive, il aurait assassiné son codétenu André Lapierre. Ce dernier a été retrouvé mort dans la cellule qu’il partageait avec Ngarukiye au Centre de détention Rivière-des-Prairies. L’accusé fait donc face à une accusation de meurtre et d’outrage à un cadavre.

Sa cause reviendra devant le tribunal le 7 mars, alors que sera déterminée la date de son enquête préliminaire.

Avec Louis-Samuel Perron et Daniel Renaud