(Gatineau) Le major-général qui était chargé de superviser la campagne de distribution des vaccins contre la COVID-19 au Canada, avant d’être accusé d’agression sexuelle, a choisi, lundi, de subir son procès devant juge seul.

Mis à jour le 24 janvier
La Presse Canadienne

Un avocat du major-général Dany Fortin a annoncé la décision de son client lundi matin, lors d’une brève audience au palais de justice de Gatineau. La cause devrait revenir devant le tribunal vendredi.

Le major-général Fortin a été accusé d’un chef d’accusation d’agression sexuelle en août 2021, relativement à un évènement qui se serait produit en 1988.

La direction de la campagne nationale de vaccination lui avait été retirée quelques mois auparavant, en mai 2021, cinq jours avant que la police militaire n’annonce qu’elle avait confié au directeur des poursuites criminelles et pénales du Québec les résultats de son enquête sur une allégation d’inconduite sexuelle.

M. Fortin souhaite réintégrer son poste à l’Agence de la santé publique du Canada ou obtenir un poste équivalent. Il soutient que le premier ministre Justin Trudeau et d’autres hauts responsables du gouvernement libéral l’ont écarté de ses fonctions pour des motifs purement politiques.

La Cour fédérale a rejeté sa demande de réintégration en octobre dernier, mais M. Fortin a interjeté appel de cette décision.

Cet article a été produit avec le soutien financier des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Note aux lecteurs : Ceci est une version corrigée. Une version précédente indiquait que Dany Fortin avait été accusé d’un chef d’accusation d’agression sexuelle en août 2020, mais c’était plutôt en août 2021.