(Joliette) La juge au procès de Benoit Cardinal, accusé du meurtre de Jaël Cantin, a refusé vendredi de se récuser, comme le demandaient les avocats de défense.

Véronique Lauzon
Véronique Lauzon La Presse

Alors que les 12 jurés au procès de Benoit Cardinal sont séquestrés depuis jeudi après-midi, les avocats de l’accusé ont demandé à la juge Johanne St-Gelais de la Cour supérieure de se retirer de l’affaire. Ils ont soulevé des questions sur son prétendu manque d’impartialité au cours du procès.

MGhassan Toubal a notamment affirmé que les directives données par la juge aux jurés, avant qu’ils soient séquestrés jeudi, n’étaient pas impartiales.

La juge, qui n’a pas du tout caché son impatience devant les arguments de MToubal, a été claire : si elle en venait à la conclusion d’accepter leur requête, elle avorterait le procès.

À propos de cette requête, la procureure de la Couronne MCaroline Buist n’a pas mâché ses mots. « Il n’y a rien là-dedans ! Je pense que le terme farfelu est le seul terme qui me vient à l’esprit ! »

« Je n’en reviens pas d’être en train de débattre de cette requête ! », a ajouté MBuist.

Elle a également fait savoir, en déposant des courriels comme éléments de preuve, que les avocats de la défense avaient avisé la Couronne qu’ils pensaient faire une requête en récusation mardi. « Les motifs de récusation ne sont donc pas nés de vos directives qui sont supposément empreintes de partialité ! », a lancé avec vigueur MBuist.

La juge St-Gelais semblait stupéfaite d’apprendre ce fait. « J’ignorais complètement que vous aviez déjà envisagé de demander ma récusation et que vous avez choisi de ne pas le faire en attendant de voir ce que j’allais dire pour par la suite utiliser ça pour faire déraper le procès ! »

Ma patience a des limites !

La juge Johanne St-Gelais de la Cour supérieure

À propos de la décision qu’elle allait prendre sur cette requête, la juge a ajouté sur un ton impatient : « si je me trompe, vous irez en appel ! La Cour d’appel décidera si j’ai eu un comportement inadéquat, si j’ai manqué à mon serment, si j’ai privé monsieur d’une défense pleine et entière et si j’ai été partiale à votre endroit. »

La juge a ensuite quitté la salle d’audience pour prendre sa décision.

Moins d’une heure plus tard, elle était de retour pour mentionner que la requête était rejetée.

Rappelons que les 12 jurés sont réunis en huis clos à Joliette et qu’ils doivent s’entendre sur un verdict unanime.