Les enquêteurs de la lutte contre le crime organisé placent vraisemblablement en ce mardi une autre pièce du casse-tête d’une importante enquête qu’ils mènent depuis plusieurs mois contre des Hells Angels et leurs associés.

Publié le 9 mars 2021
Daniel Renaud
Daniel Renaud La Presse

Depuis tôt ce matin, plus d’une centaine de policiers effectuent des perquisitions en cours d’enquête chez des individus soupçonnés d’être impliqués dans la distribution et le trafic de stupéfiants, dans le blanchiment des profits de la vente de drogue et dans le recyclage des produits de la criminalité. Les policiers continuent d’amasser de la preuve et aucune arrestation n’est prévue pour le moment.

Les limiers effectuent 27 perquisitions, surtout dans des résidences et des véhicules, mais également dans des commerces, dont un bar de danseuses nues de Sherbrooke.

Outre la principale ville de l’Estrie, les perquisitions ont lieu à Montréal, Terrebonne, Mascouche, Greenfield Park, Saint-Dominique, Granby et Lac-Mégantic.

Les perquisitions sont effectuées par les enquêteurs de l’Escouade nationale de répression du crime organisé (ENRCO) et de l’Escouade régionale mixte (ERM) de l’Estrie.

En 2017, la Sûreté du Québec, qui a le mandat de lutter contre les motards, a adopté une nouvelle stratégie en trois niveaux. L’ENRCO, qui est le niveau le plus élevé, s’attaque aux têtes dirigeantes du crime organisé au Québec alors que les ERM, qui composent le deuxième palier, ciblent les réseaux de trafic de stupéfiants.

Visiblement, les deux escouades mènent simultanément deux projets d’enquêtes qui visent les mêmes cellules de trafic de stupéfiants.

Pro Gym et voitures de luxe

Selon nos informations, ces perquisitions sont entre autres possibles grâce à des informations de témoins collaborateurs qui auraient également été impliqués dans une frappe anti-drogue effectuée par la police de Saint-Jérôme en octobre dernier, au cours de laquelle 16 individus avaient été arrêtés.

La Sûreté du Québec indique par ailleurs dans un communiqué diffusé mardi matin que ces perquisitions constituent une suite des visites policières effectuées il y a un mois jour pour jour.

Ces perquisitions avaient été réalisées dans des commerces, des agences de placement et des entreprises de location de véhicules de luxe de Montréal et de Laval, dont certains sont aux noms de Hells Angels ou de leurs associés, avait constaté La Presse.

Les perquisitions du 9 février étaient déjà reliées à d’autres visites policières effectuées au début du mois de décembre dans des commerces situés à l’intérieur du Pro Gym de la rue Hochelaga, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal.

D’ailleurs, les policiers ont fouillé mardi matin dans Greenfield Park une résidence où habite l’un des suspects, entraîneur à l’école de boxe Beast Zone MMA, située dans le Pro Gym, selon des recherches effectuées sur les réseaux sociaux.

Le Pro Gym est connu comme étant un endroit fréquenté par les motards et leurs relations depuis plus de 20 ans. Au cours des derniers mois, son gérant, Christian Ménard, un membre des Hells Angels, a fait quelques sorties médiatiques pour réclamer la réouverture des salles de conditionnement physique dans la région métropolitaine, fermées depuis le début de la pandémie.

Tout indique que dans cette enquête qui se poursuit, les policiers ciblent des individus qui trafiquent des stupéfiants et qui recyclent l’argent sale par le biais d’entreprises légales.

Bilan des perquisitions des 9 février et 9 mars

– Plus de 700 000$ canadiens et américains

– Environ 600 000$ en bijoux

– Plus de 2 kilogrammes de cocaïne

– 200 grammes de crack

– Plus de 2 kilogrammes de haschisch

– 7 kilogrammes de cannabis

– 40 000 comprimés

– 8 armes à feu

– Une arme à impulsions électriques

Pour joindre Daniel Renaud, composez le (514) 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse.