L’homme arrêté mardi par la Sûreté du Québec, en lien avec un meurtre commis à Saint-Ours la semaine dernière, est Maxime Bujold. Il a brièvement comparu mercredi par visioconférence au palais de justice de Sorel-Tracy, et fait maintenant face à des accusations de meurtre au deuxième degré et d’incendie criminel.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

Âgé de 44 ans, Bujold est soupçonné d’avoir causé la mort de Yannick Bricout-Tremblay, dont le corps inanimé avait été retrouvé le 22 janvier dans une résidence du chemin des Patriotes, à Saint-Ours en Montérégie, après un incendie.

C’est le Service des enquêtes sur les crimes contre la personne de la Sûreté du Québec qui avait procédé mardi après-midi à larrestation de l’homme. Lors de sa comparution, mercredi, il présentait des signes de brûlure à une main, ont rapporté des médias locaux. Bujold a déjà un casier judiciaire pour le moins chargé, avec de nombreuses infractions commises dans les dernières années.

Des enquêteurs du corps policier ont notamment effectué une perquisition au domicile de l’homme, originaire de Saint-Robert, afin de recueillir davantage de preuves et d’indices supplémentaires dans cette affaire.

« Son retour en Cour est prévu le 18 février prochain », a indiqué une porte-parole de la Sûreté du Québec, Valérie Beauchamp, précisant que l’homme « demeurera détenu » dans l’intervalle, vu la gravité des accusations pesant contre lui. La défense pourrait toutefois réclamer une enquête sur sa remise en liberté lors de sa prochaine comparution.

Rappelons que les faits étant reprochés à Maxime Bujold remontent à vendredi dernier. Ce jour-là, les services d’urgences locaux avaient d’abord été appelés à intervenir pour maîtriser un incendie dans une résidence située sur le chemin des Patriotes, à Saint-Ours.

Après que les pompiers aient maîtrisé le feu, le corps de Yannick Bricout-Tremblay, âgé de 35 ans, avait été découvert sur les lieux. « L’enquête a permis d’apprendre qu’il s’agissait d’une mort violente survenue avant l’incendie », ont conclu les autorités peu après.

Toute personne détenant des informations pertinentes dans cette affaire est priée de communiquer avec la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec, en composant le 1 800 659-4264.