La Sûreté du Québec (SQ) a procédé en début de semaine à l’arrestation d’un sexagénaire dans la région du Centre-du-Québec, après avoir saisi des dizaines de milliers de cigarettes de contrebande dans son véhicule personnel.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

C’est le 4 janvier dernier que les événements se sont produits, mais ceux-ci n’ont finalement été rendus publics que vendredi. « Un policier de la MRC Bécancour a procédé à la saisie de cigarettes de contrebande, suite à l’interception d’un véhicule pour excès de vitesse dans la municipalité de Lemieux », explique le corps policier dans un communiqué.

Selon les informations obtenues, le matériel était « visible » dans le véhicule au moment de l’arrestation initiale, ce qui explique que les agents aient procédé à une saisie. L’homme âgé de 66 ans, dont l’identité n’a pas été révélée, était un résidant de Lemieux. Il pourrait faire face « à des accusations en vertu de la Loi concernant l’impôt sur le tabac », a précisé un porte-parole régional de la Sûreté du Québec, Francis Trudel. Les prochaines étapes juridiques dans ce dossier ne sont pas encore connues.

Au total, 120 000 cigarettes de contrebande ont été saisies à l’intérieur de la voiture lors de cette opération. Celle-ci s’inscrit dans le programme ACCES Tabac – pour Actions Concertées pour Contrer les Économies Souterraines – qui est supervisé par le ministère de la Sécurité publique.

Mise sur pied en 2001, l’initiative gouvernementale est « destinée à contrer le commerce illégal de tabac » et a pour objectif « de favoriser l’intégrité du régime fiscal québécois, de rétablir l’ordre dans le secteur du commerce du tabac, d’augmenter la probité, de diminuer la concurrence déloyale causée par le commerce illégal du tabac envers les entreprises légitimes, d’assainir l’industrie et de lutter contre un crime sans plaignant », indiquent les autorités policières.

Toute personne qui détiendrait des informations pertinentes dans cette affaire ou sur la contrebande de tabac de manière générale est priée de contacter la Centrale de l’information criminelle de la SQ, en composant le 1 800 659-4264. Les informations peuvent être traitées de façon confidentielle, précise l’organisation.