Mark Major se serait fait passer pour de jeunes artistes connus du public pour obtenir des images sexuellement explicites de jeunes filles mineures. Les enquêteurs de l’unité Exploitation sexuelle ont des raisons de croire que Mark Major aurait pu faire d’autres victimes.

Alice Girard-Bossé Alice Girard-Bossé
La Presse

L’homme de 29 ans aurait contacté une dizaine de jeunes filles âgées de 12 à 17 ans par le biais de réseaux sociaux et d’applications mobiles sous les pseudonymes laurence_officielstmartin, 3145alicia et Mélissa Dufour.

Le suspect aurait demandé aux jeunes filles de lui faire parvenir des photos explicites sous prétexte de les faire participer au tournage de vidéoclips. « Une fois les images obtenues, il aurait tenté d’obtenir davantage de photos et de vidéos de ses victimes en les menaçant de diffuser le matériel déjà en sa possession », a indiqué le SPVM dans un communiqué. Il aurait aussi rapidement proposé à ces dernières de commettre des gestes à caractère sexuel.

Mark Major a été arrêté le 25 novembre dernier pour leurre et incitation à des contacts sexuels et a comparu le 26 novembre dernier au palais de justice de Montréal pour répondre à des accusations de leurre d’enfant, d’incitation à des contacts sexuels, d’obtention de services sexuels d’une personne de moins de 18 ans moyennant rétribution, d’extorsion, de fraude à l’identité ainsi que de production et distribution de pornographie juvénile.

Mark Major est un résidant de Montréal, mais il aurait pu faire des victimes partout au Québec. Il est actuellement toujours détenu.

Les enquêteurs invitent toute personne qui aurait été victime ou qui connaît quelqu’un qui aurait pu être victime de Mark Major à se rendre au poste de son quartier ou à communiquer avec le 911 afin de déposer une plainte officielle.