La police se questionne sur le sort de Kaven Langlois, membre des Red Devils, club école des Hells Angels, dont elle a perdu la trace depuis le début de l’an dernier.

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

La Sûreté du Québec a lancé un avis de recherche pour tenter de retrouver le motard de 46 ans le 14 février 2019, jour même de l’opération Oursin, par laquelle elle a arrêté 32 personnes et démantelé des réseaux de trafic de stupéfiants liés aux Hells Angels, dont l’un qui opérait au Nouveau-Brunswick.

Langlois, membre de la section des Red Devils de Moncton au moment de sa disparition, aurait été arrêté et accusé à l’issue du projet Oursin, s’il n’était pas passé au travers des mailles du filet.

Son condo de Brossard avait été perquisitionné le 9 janvier précédent, et il semble que Langlois aurait pris la fuite entre cette date et le jour des arrestations, le 14 février.

Selon nos informations, il se serait rendu au Brésil mais depuis, la police a complètement perdu sa trace. Elle n’exclut pas qu’il puisse être mort.

« Mais il peut aussi bien faire comme Marius Perron », a toutefois souligné une source. Perron, un ancien Hells Angels de Québec, a fui le pays en 1993, alors que la Gendarmerie royale du Canada était à ses trousses pour son implication présumée dans l’un des plus gros, sinon le plus gros complot d’importation de drogue de l’histoire du Canada. Il est devenu membre d’une section des Hells Angels au Brésil et a vécu là-bas jusqu’à son décès, de cause naturelle, en 2018.

Toutefois, des policiers ont déjà expliqué à La Presse qu’une longue cavale coûte cher à un individu en fuite.

Des hauts et des bas

Selon nos informations, Langlois était un proche de Mario Bergeron, membre de la section des Hells Angels de Québec disparu depuis 2008 et qui aurait été tué d’après la police. Son corps n’a toutefois pas été retrouvé.

Langlois était aspirant (prospect) de la section de Québec avant la vaste rafle anti-motards SharQc en avril 2009. Il a fait partie du groupe des 31 motards libérés par le juge James L. Brunton de la Cour supérieure pour délai déraisonnable en mai 2011.

Mais par la suite, Langlois a visiblement perdu son statut d’aspirant membre chez les Hells Angels.

Il est devenu membre des Red Devils d’Ottawa, les Red Devils étant l’un des principaux clubs-école des Hells Angels au Canada et même sur la scène internationale.

Selon certaines informations qui n’ont pas été confirmées par la police, on lui aurait offert les couleurs d’une section des Hells Angels en Ontario mais il les aurait refusées.

Il serait ensuite revenu dans de meilleures grâces, et au printemps 2015, il aurait notamment pris part à une rencontre au cours de laquelle des membres en règles des Hells Angels étaient présents, et auraient accepté de lancer un mot d’ordre de ne pas porter leurs vestes dans les bars de la rive-sud de Montréal.

Mais Kaven Langlois n’aurait tout de même plus jamais obtenu de statut chez les Hells Angels par la suite et s’est retrouvé membre des Red Devils de Moncton, au Nouveau-Brunswick.

D’après des sources, il était un adepte de la vie nocturne montréalaise et aurait fréquenté le Pro Gym de Montréal.

En 2003, Langlois a été arrêté avec plusieurs individus dans une importante frappe anti-drogue de la défunte Escouade régionale mixte et condamné à une peine d’emprisonnement de trois ans pour gangstérisme et trafic de stupéfiants.

Langlois a les yeux et les cheveux bruns, mesure 1,68 mètre et pesait 84 kg (185 lb) au moment de sa disparition.

Toute information sur la disparition de Langlois peut être communiquée à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1800 659-4264.

Pour joindre Daniel Renaud, composez-le (514) 285-7000, poste 4918, ou écrivez à drenaud@lapresse.ca