L’hommage aux 22 victimes de la pire tuerie de l’histoire du Canada était diffusé sous forme de vidéos, lors d’une « veillée virtuelle » nationale, vendredi, en fin de journée en raison du confinement lié à la pandémie de coronavirus.

Agence France-Presse

Gabriel Wortman, un prothésiste dentaire de 51 ans, a semé la mort dans plusieurs communes de Nouvelle-Écosse, dans l’est du pays dès 22 h samedi, avant d’être abattu treize heures plus tard au terme d’une vaste chasse à l’homme.

Messages d’espoir et d’émotions, performances musicales tournées à domicile : des dizaines de vidéos adressées aux Canadiens, provenant de responsables politiques, acteurs, ou encore musiciens, affluaient dans un hommage retransmis en direct sur Facebook et sur les chaînes de télévision canadiennes.

PHOTO RYAN REMIORZ, LA PRESSE CANADIENNE

« Nous sommes rassemblés en ligne, à une certaine distance, alors que nous combattons l’autre ennemi invisible, mais nous sommes connectés, en tant que pays et nous sommes en deuil ensemble », a affirmé la gouverneure générale Julie Payette, représentante de la reine Élisabeth II, chef d’État en titre du Canada.

« Cette tragédie a eu lieu dans de petites villes et des communautés très unies où les gens sont amis avec leurs voisins et où les visiteurs sont traités comme de la famille », a expliqué le premier ministre canadien Justin Trudeau.

Violons, pianos, guitares, et chant, les prestations d’artistes, à l’instar du groupe local The Stanfields, ont rythmé la veillée après les messages politiques.

Sur Twitter également, des hommages ont afflué sous les hashtags #NouvelleEcosseForte et #Vendrediportezdurouge, couleur de l’uniforme de la policière Heidi Stevenson, membre de la Gendarmerie royale du Canada (GRC, fédérale) tuée dans l’exercice de ses fonctions, et des autres victimes.

Les motivations du tireur restent un mystère, mais l’agression de sa conjointe, qui a réussi à s’échapper et à passer la nuit cachée dans les bois, pourrait avoir servi de « catalyseur » pour les 22 meurtres sordides qui ont suivi, a indiqué vendredi la police fédérale canadienne.

La tuerie avait débuté samedi en fin de soirée dans une maison de la paisible commune rurale et côtière de Portapique. M. Wortman a ensuite poursuivi sa cavale meurtrière, déguisé en policier, en semant la mort dans quatre autres villages de cette région à une centaine de kilomètres au nord de Halifax.