L’Équipe intégrée de la sécurité nationale de la GRC a arrêté hier deux Québécois, dont l’un est un associé au groupe d’extrême droite Storm Alliance. Ils sont soupçonnés d’avoir appelé sur Facebook à tuer le premier ministre Justin Trudeau durant la dernière campagne électorale. 

Gabrielle Duchaine Gabrielle Duchaine
La Presse

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

Les deux hommes ne font pour l’instant l’objet d’aucune accusation. La Presse a donc choisi de ne pas les nommer. L’enquête est toujours en cours. Une perquisition a eu lieu vendredi à Montréal en lien avec cette affaire. Du matériel électronique a été saisi. 

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Soupçonnés d’avoir appelé sur Facebook à tuer le premier ministre Justin Trudeau, deux Québécois ont été appréhendés par la GRC. L’un d’eux est associé au groupe d’extrême droite Storm Alliance.

Selon des documents judiciaires obtenus par La Presse, les policiers de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ont les hommes dans leur ligne de mire depuis septembre. 

Les enquêteurs reprochaient alors aux hommes d’avoir conseillé à autrui de commettre un meurtre prémédité et d’avoir incité à la haine, deux infractions au Code criminel. Un des suspects, celui qui a des liens avec Storm Alliance, un groupe ultranationaliste et identitaire québécois, était aussi soupçonné d’encouragement au génocide pour des commentaires tenus sur Facebook à l’encontre de la communauté musulmane.

PHOTO GRAHAM HUGHES, ARCHIVES LA PRESSE

Des membres de Storm Alliance manifestent à Lacolle, en septembre 2017.

On ne sait pas encore si ce sont ces mêmes chefs d’accusation qui seront éventuellement déposés devant le tribunal.

Menaces contre Trudeau

Les propos qui ont mis la puce à l’oreille de la police remontent au 16 septembre 2019. Ils ont été signalés aux autorités par des citoyens inquiets. 

« Enweil donc un petit trou dans le front pour Trudeau », écrit un des hommes. 

« Let’s do it », répond l’autre. 

L’échange accompagne une photo d’une affiche électorale vandalisée de la candidate libérale de Hochelaga, Soraya Martinez. Un rond noir a été peint sur le front de la politicienne.

Le logo du parti politique est recouvert d’un signe nazi. 

À l’aide d’indices découverts sur les profils Facebook, la police croit avoir identifié les auteurs des messages. 

Le premier serait un camionneur de la région de Lanaudière.

Le second serait un Montréalais qui « s’identifie comme un membre de l’organisation Storm Alliance », groupe d’extrême droite québécois dans le collimateur des autorités de Sécurité publique et qui « a été vu lors d’une manifestation soutenue par le regroupement », selon les documents obtenus. 

Les enquêteurs ont répertorié sur la page de ce dernier « plusieurs publications en lien avec le premier ministre Justin Trudeau ou avec la religion musulmane ». 

« Advenant que nous ne pourrons pas battent les libéraux alors je suggère que nous devrons se faire justice SOIS-MÊME ! », lit-on dans une publication datée du 13 septembre. La phrase est accompagnée de dessins de mains mimant une arme à feu et de têtes de démons. 

La même journée : « FRIDAY THE 13 : Que J’pogne pas Justinette Trudette la mauviette dans 1 ti-coin noir… » Les mots sont encore ici suivis des mêmes signes de main imitant un pistolet. 

Un mois plus tard, c’est une sortie remarquée du premier ministre vêtu d’un gilet pare-balles lors d’un rassemblement partisan en Ontario qui provoque un autre commentaire.

« Justin Trudeau protégé avec sa “veste pare balle” PROUVE a quel point nous sommes prêts à TOUT pour le… » Encore ici, des mains qui miment une arme à feu. 

Des messages menaçants à l’endroit de la communauté musulmane répertoriés sur la même page Facebook ont aussi alerté les enquêteurs. L’auteur y fait notamment référence de manière implicite à la tuerie survenue à la Grande Mosquée de Québec en 2017 et directement à celle qui a fait 51 morts à Christchurch en Nouvelle-Zélande plus tôt cette année. 

« Des peines sévères »

Joint par La Presse, le cabinet de M. Trudeau n’a pas souhaité réagir à l’affaire, expliquant ne jamais commenter la sécurité du premier ministre.

Ce n’est toutefois pas la première fois que des Canadiens tombent dans la ligne de mire de la police pour des menaces contre le chef de gouvernement, ou d’autres politiciens ou groupes ethniques, proférées sur internet. 

« Devant un tel phénomène, la GRC a adapté ses ressources pour assurer une vigie efficace sur le web. Les enquêteurs sont davantage en mesure d’identifier les menaces réelles et de les prévenir. Pour des raisons de sécurité, nous ne pouvons expliquer nos méthodes d’enquête. Mais nous menons constamment des évaluations de risques et de menaces pouvant provenir du web », explique la caporale Mélanie Cappiello-Stébenne. 

La GRC prend au sérieux toutes menaces proférées sur le web. Aucun propos violent n’est toléré. Les auteurs sont passibles de peines sévères.

La caporale Mélanie Cappiello-Stébenne

« Malgré que les individus enquêtés ne soient pas nécessairement en contact direct avec les personnes ou les groupes visés, il demeure que ces propos sont tout aussi préoccupants et peuvent mener à des actions violentes. » 

En 2018, un quadragénaire de la région de Trois-Rivières, Jean-Sébastien Joubert, a été condamné à 13 mois de prison pour avoir proféré entre autres des menaces de mort contre Justin Trudeau et l’ancien premier ministre du Québec Philippe Couillard sur Facebook.  

L’année précédente, un résidant de la Saskatchewan se voyait imposer deux ans d’emprisonnement avec sursis pour avoir lui aussi proféré des menaces en ligne contre le premier ministre Trudeau. Derek Hurrell avait publié un message sur Facebook dans lequel il disait vouloir tirer sur le politicien et lui faire éclater la tête. 

Un homme de la même province a été condamné la même année à neuf mois de probation et à une amende de 500 $ pour un crime semblable.