(Edmonton) L’homme qui a été reconnu coupable d’avoir frappé un policier avec son véhicule avant de le poignarder à plusieurs reprises, à Edmonton, en Alberta, a été condamné à 28 ans de prison au total.

Colette Derworiz
La Presse canadienne

Abdulahi Hasan Sharif a été condamné à 18 ans pour avoir heurté le policier Mike Chernyk avec une voiture avant de le poignarder plusieurs fois à l’extérieur d’un match de football en septembre 2017.

« C’était un miracle que l’agent Chernyk n’ait pas été tué ou gravement blessé, mais l’absence de blessures graves était due au hasard et n’atténue en rien la gravité de ce qui s’est produit », a déclaré vendredi le juge de la Cour du Banc de la Reine, Paul Belzil en prononçant la sentence.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE/GRC

Abdulahi Hasan Sharif

« Les faits dans ce cas sont uniques et extraordinaires. »

Mike Chernyk a déclaré lors du procès qu’il était affecté au contrôle de la circulation à l’extérieur du stade lors d’un match des Eskimos d’Edmonton lorsqu’il a été heurté par une voiture. Il se souvient ensuite d’un homme au-dessus de lui, le poignardant à la tête avec un couteau.

L’homme s’est ensuite enfui et, quelques heures plus tard, la police a arrêté un camion cube à un poste de contrôle. La camionnette s’est précipitée et, alors qu’elle était poursuivie par la police, a frappé des piétons au centre-ville.

Abdulahi Sharif a également été condamné à 10 ans pour avoir fui la police et avoir frappé les piétons.

« La fuite criminelle de la police s’est transformée en saccage criminel, mettant la police en face d’une situation dangereuse et volatile a déclaré le juge Belzil. “Les quatre piétons sont devenus des cibles d’opportunité. »

L’homme de 32 ans a été reconnu coupable en octobre dernier de 11 chefs d’accusation, notamment pour tentative de meurtre, pour conduite dangereuse et pour avoir causé des lésions corporelles en fuyant les autorités.

Sharif, qui est un réfugié somalien, n’était pas représenté par un avocat au procès, n’a pas témoigné, n’a pas appelé qui que ce soit à la barre et n’a fait aucune représentation sur sa sentence.

Le juge Belzil a noté que Sharif avait eu la possibilité de s’adresser au tribunal et ne l’a jamais fait.

« Il n’y a aucune preuve qu’il éprouve des remords pour son attaque », a déclaré le juge.

Les procureurs de la Couronne avaient réclamé la peine maximale d’emprisonnement à perpétuité pour l’attaque ciblée contre un policier, en plus d’une peine de 20 ans à purger simultanément pour avoir fui les autorités et tenté de tuer des piétons.

En dehors du tribunal, ils ont dit que c’était une affaire incroyablement difficile pour tout le monde.

« Nous continuons à souhaiter le meilleur aux victimes et à leurs familles, et nous espérons que la ville d’Edmonton dans son ensemble pourra guérir de ces événements », a déclaré la procureure de la Couronne Elizabeth Wheaton.

Elle a déclaré que le juge avait pris une décision réfléchie et raisonnable.

« Notre principale préoccupation dans ce genre de cas est la protection pour le futur ainsi que la dissuasion générale », a déclaré Elizabeth Wheaton.

Son collègue, le procureur de la Couronne en chef Shelley Bykewich, a indiqué qu’ils s’attendaient à ce que Sharif soit condamné à perpétuité pour l’attaque contre le policier.

Le chef de la police d’Edmonton, Dale McFee, qui a lu jeudi une déclaration concernant l’impact sur la communauté, a mentionné qu’il avait des émotions mitigées à propos de la peine.

« J’ai l’impression d’avoir été entendu, mais je vois les victimes et je vois quel impact cela a eu sur notre ville et mes services de police et vous allez toujours vous demander si cela suffit », a-t-il déclaré vendredi devant le tribunal. « Des choses comme ça ne sont pas des choses que nous, en tant que ville ou pays, pouvons accepter. »

L’inspectrice de la GRC Stacey Talbot a déclaré que la police croyait toujours qu’il s’agissait d’une attaque terroriste.

« Sur la base des preuves recueillies et en consultation avec nos partenaires du parquet, il a été décidé que, dans l’intérêt de l’administration de la justice, une tentative de meurtre et des accusations supplémentaires seraient portées », a-t-elle déclaré.

Stacey Talbot, qui a confirmé qu’un drapeau du groupe armé État islamique avait été trouvé dans la voiture de Sharif.