Les policiers ont dû intervenir pour séparer deux groupes de manifestants, vendredi, au centre-ville de Montréal, à quelques pas du Palais des congrès où le ministre Simon Jolin-Barrette prenait la parole.

Lia Lévesque
La Presse canadienne

Environ 80 manifestants, dont des étudiants de l’UQAM, manifestaient contre les réformes du ministre touchant l’Immigration et la loi sur la laïcité de l’État.

Juste à côté, une dizaine de manifestants favorables à la loi sur la laïcité de l’État, dont un portait un drapeau des Patriotes, manifestaient à leur tour.

Certains ont commencé à se narguer, à « enterrer » le discours des autres, certains en sont venus à se donner des coups de coude et à se pousser. Les policiers à vélo ont dû intervenir pour les séparer avant que la situation ne dégénère.

Le groupe comptant des étudiants traitait l’autre de « fachos » et de « racistes », tandis que l’autre criait « vive la laïcité », « vive la CAQ ».

Un représentant du service de police a demandé aux manifestants les plus nombreux — le groupe d’étudiants — de dire où il se dirigerait, afin de pouvoir bloquer en conséquence les rues du centre-ville, pour la sécurité de tous, mais les manifestants ont refusé. Ils ont également répondu au policier qu’il n’y avait pas de porte-parole du groupe à qui il pouvait s’adresser.

Après une demi-heure de manifestation au square Victoria, le groupe a décidé de se déplacer dans les rues du Vieux Montréal et du centre-ville, notamment près Palais des congrès, où le ministre Jolin-Barrette devait prendre la parole quelques minutes plus tard.

Le groupe d’environ 80 marcheurs dans la rue a été suivi par les manifestants de l’autre groupe, sur le trottoir, qui continuait à répliquer à leurs slogans par d’autres slogans et cris.

La manifestation a pris fin sans d’autres heurts. Les manifestants ont contourné le Palais de congrès sans tenter d’y pénétrer.