(Ottawa) Le haut responsable de la Gendarmerie royale du Canada arrêté jeudi pour espionnage présumé avait accès à des renseignements provenant d’alliés du Canada à l’étranger, a indiqué lundi la GRC.

Agence France-Presse

Arrêté jeudi, Cameron Ortis, directeur général du Centre national de coordination du renseignement de la GRC, avait « accès à des renseignements provenant de nos alliés nationaux et internationaux » a dit Brenda Lucki, commissaire de la GRC (police fédérale) dans un communiqué.

« Nous sommes conscients des risques potentiels pour les opérations de nos partenaires au Canada et à l’étranger », a-t-elle ajouté.

Elle n’a pas précisé quelle entité étrangère avait bénéficié du vol de documents présumé. Le Globe and Mail a rapporté samedi que l’arrestation de M. Ortis, qui était employé par la GRC depuis 2007, est liée à une importante affaire de corruption présumée impliquant de hauts responsables russes.

Le Canada fait partie de la puissante alliance de renseignement dite des « Five Eyes », avec l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Grande-Bretagne et les États-Unis.