Des militants multiplient les attaques contre la firme Lemay pour tenter d’empêcher l’érection d’un centre de détention pour migrants à Laval.

Philippe Teisceira-Lessard Philippe Teisceira-Lessard
La Presse

Des militants d’extrême gauche ont mis le feu à la voiture personnelle d’un architecte lié à un projet fédéral auxquels ils s’opposent, la dernière d’une série d’attaques de plus en plus violentes visant à intimider des fournisseurs d’Ottawa.

Les responsables de l’incendie veulent bloquer l’érection d’un centre de détention pour migrants à Laval, dont l’ouverture est prévue pour 2021. Le feu s’est déclaré vers 3 h, le 11 juin, devant le domicile d’André Cardinal, à Montréal.

La firme Lemay, dont M. Cardinal est vice-président, a été ciblée par au moins cinq attaques depuis un an parce qu’elle a conçu le bâtiment.

L’entreprise brise maintenant le silence et tire la sonnette d’alarme, dénonçant « les actions criminelles d’un groupe d’extrême gauche » dont elle est victime.

La situation a pris une tournure des plus inacceptables dans la mesure où l’un de nos associés a été ciblé personnellement, devant son domicile.

La firme Lemay, dans un communiqué envoyé hier soir à La Presse

« Nous déplorons d’être ainsi ciblés. »

Des anarchistes ont revendiqué leur crime sur internet, hier. La police a confirmé que l’incendie avait endommagé deux autos, dont l’une plus gravement. « On n’a pas les résultats d’expertise, mais ça semblait criminel, a indiqué Manuel Couture, porte-parole policier. Il n’y a toujours pas d’arrestations dans ce dossier. »

Le centre de détention pour migrants servira à garder sous clé les étrangers qui posent un risque de fuite en attendant leur expulsion, ceux qui posent un danger ou encore ceux qui ne peuvent être identifiés. Le bâtiment actuel est vétuste. Le nouveau pourra accueillir 158 individus.

D’autres méfaits

M. Cardinal n’est pas le seul professionnel à avoir été ciblé à son domicile. Les anarchistes se sont aussi vantés d’avoir fracassé le pare-brise et crevé les pneus de la voiture de la présidente de Sodexo Canada devant sa maison de Brossard, le 29 mars dernier. Les militants reprochent à l'entreprise de gérer des centres de détention ailleurs sur la planète.

Une autre voiture, appartenant celle-là à la firme de génie-conseil Englobe, a été vandalisée de la même façon il y a quelques semaines. L’entreprise n’a pas voulu commenter.

En plus des attaques contre des voitures, le siège social de Lemay a été attaqué à trois reprises. Le 1er mai dernier, ses vitrines ont été fracassées à coups de bélier et de boules de billard.

En mars dernier, deux projets d’édifices résidentiels sur lesquels travaille la firme ont été pris pour cible. 

Lemay, nous espérons que vous aimerez informer vos potentiels clients que leurs projets vont être sabotés si ils vous engagent.

Les responsables des méfaits dans leur communiqué de revendication

Les militants d’extrême gauche qui commettent ces délits revendiquent leurs actions sur une plateforme baptisée Montréal Contre-Information, derrière laquelle ils se cachent. Celle-ci publie des textes où des militants se vantent de leurs méfaits, mais aussi des textes politiques où ils expliquent leurs positions.

« Le gouvernement veut construire un nouveau centre de détention, soi-disant plus “humain”, adjacent au centre qui existe déjà. Mais nous savons tous qu’une cage dorée reste une cage », plaidait un texte publié sur la plateforme fin 2018. « C’est de la provocation, un acte de confrontation, une atteinte aux personnes sans-papiers, une attaque contre nos communautés, une attaque contre nous tous. »

Pendant que ces militants avancent le visage masqué, d’autres lèvent la visière.

À la mi-mai, une cinquantaine de groupes ont exprimé leur opposition à ce projet lors d’une conférence de presse.

« Le projet représente un investissement supplémentaire dans un système violent qui devrait être aboli. Un système dont l’objectif central est le respect des frontières coloniales et la division mondiale injustifiable de la richesse et du pouvoir », avait alors déclaré Rosalind Wong, organisatrice communautaire à Solidarité sans frontières.

La police au courant

L’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a refusé la demande d’entrevue de La Presse à ce sujet.

« Nous travaillons en étroite collaboration avec les autorités policières et nos partenaires pour assurer la sécurité de nos employés et de nos installations », a indiqué par courriel Jacqueline Roby, chargée des relations médias. L’organisation « a mis en place des mesures pour atténuer les impacts d’éventuelles manifestations ou événements », a-t-elle ajouté.

À la Sûreté du Québec, on indique qu’« on est au fait de la situation, des propos et des revendications », a indiqué le porte-parole Hugo Fournier. « Ce sont des dossiers qui sont en cours. »

« Le SPVM fait enquête sur les événements survenus. Toutefois, afin de ne pas nuire aux démarches de l’enquête, nous ne pourrons fournir d’informations additionnelles », a indiqué le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Selon nos informations, les différents corps policiers sur le territoire desquels les attaques ont été perpétrées évalueraient présentement la possibilité de créer un groupe d’enquête commun sur cette série noire.

— Avec Nicolas Bourcier, La Presse

Les attaques s’accélèrent

Printemps 2018 : déversement de criquets visant les bureaux de Lemay Hiver 2019 : appel à s’en prendre aux ouvriers qui travaillent sur le chantier Hiver 2019 : la façade de l’excavateur Loiselle est couverte de peinture. 19 mars 2019 : deux projets résidentiels dessinés par Lemay sont vandalisés (vitres cassées et graffitis). 29 mars 2019 : le pare-brise de la voiture personnelle de la présidente de Sodexo Canada est fracassé, et ses pneus sont crevés. 14 avril 2019 : les bureaux de Lemay sont vandalisés avec des bombes fumigènes, et des serrures sont remplies de colle. 1er mai 2019 : les vitrines du siège social de Lemay sont fracassées à coups de béliers et de boules de billard. Printemps 2019 : le pare-brise d’une voiture de la firme Englobe est fracassé, et ses pneus sont crevés. 11 juin 2019 : la voiture d’André Cardinal, vice-président de Lemay, est incendiée.