Le mafioso Francesco Del Balso a de nouveau été envoyé au pénitencier la semaine dernière, alors qu’il reste à peine trois semaines à sa sentence imposée en 2008.

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

Del Balso, 49 ans, a été condamné à 15 ans de pénitencier pour gangstérisme, trafic et importation de cocaïne, à la suite de son arrestation dans la vaste enquête Colisée par laquelle la Gendarmerie royale du Canada a décapité la mafia sicilienne de Montréal en novembre 2006.

Selon nos informations, Del Balso aurait brisé ses conditions de remise en liberté, notamment en rencontrant un individu connu des policiers et en manquant de transparence avec les autorités. Il aurait été remonté directement dans un pénitencier mardi dernier.

Del Balso ne porte plus de bracelet GPS, comme c’était le cas au début de sa libération conditionnelle. Par contre, il doit toujours respecter plusieurs conditions, notamment de ne pas se rendre sur l’île de Montréal.

Plusieurs aller-retours

C’est la cinquième fois que la libération de Del Balso est suspendue depuis qu’il a été libéré d’office - après avoir purgé les deux tiers de sa peine - en février 2016.

Durant l’enquête Colisée, qui s’est échelonnée de 2002 à 2006, Del Balso aurait été l’un des responsables des importations de cocaïne de la mafia à l’aéroport Trudeau et des paris sportifs de l’organisation, dont les profits auraient atteint plus de 26 millions en un peu plus d’un an, selon un expert policier.

Del Balso fréquentait par ailleurs le casino de Montréal, où il misait beaucoup d’argent. Il a été particulièrement dans la mire de la cellule d’enquêteurs 8002, qui se sont surtout consacrés aux stupéfiants et aux paris sportifs, et de leurs collègues de la section des Produits de la criminalité de la GRC.

La dernière fois que Del Balso, qui travaille pour une entreprise de distribution de fruits et de légumes, a été renvoyé au pénitencier, c’est à l’automne, 2018, à la suite de menaces qu’il a proférées envers le journaliste de TVA Félix Séguin.

Lors d’une audience devant la Commission des libérations conditionnelles du Canada tenue en janvier dernier, l’agent de libération de Del Balso a reproché à ce dernier son manque de transparence, énumérant plusieurs exemples, mais le mafioso a tout de même convaincu les commissaires de le libérer.

Del Balso poursuit actuellement au civil les autorités pour l’avoir renvoyé au pénitencier après les meurtres de deux de ses anciens associés, pour sa propre sécurité.

Del Balso, selon qui ces détentions étaient illégales, prétend que sa vie n’est pas en danger.

Le parcours carcéral tumultueux de Francesco Del Balso

- Libéré d’office en février 2016, il a vu sa libération conditionnelle suspendue une première fois lorsque son ancien associé, Lorenzo Giordano, a été tué le 1er mars 2016 à Laval.

- Sa libération a été suspendue une deuxième fois, pour sa sécurité, après le meurtre de l’ancien numéro 3 de la mafia montréalaise, Rocco Sollecito, en mai 2016.

- Sa libération a été suspendue une troisième fois lorsqu’un individu a fait irruption chez lui, en mai 2017, et que Del Balso a retiré un bracelet GPS qu’il portait à sa cheville.

- 12 octobre 2018: Il est accusé d’avoir menacé le journaliste Félix Séguin et sa libération a été suspendue pour une quatrième fois.

- 22 octobre 2019: Il est de nouveau renvoyé au pénitencier pour ses relations présumées et son manque de transparence.

Pour joindre Daniel Renaud, composez-le (514) 285-7000, poste 4918, écrivez à
drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse.