Une jeune femme précédemment accusée du meurtre prémédité de ses trois bébés a finalement plaidé coupable mercredi matin à quatre chefs d’accusation modifiés, dont un d’homicide involontaire, au palais de justice de Saint-Jérôme.

Raphaël Pirro
La Presse

Il s’agit d’un changement majeur par rapport aux accusations initiales dans ce dossier : au départ, l’accusée était visée par six chefs d’accusation, dont trois pour le meurtre prémédité de ses trois enfants.

Parmi les trois autres chefs auxquels la jeune femme a plaidé coupable mercredi, deux sont en lien avec le fait d’avoir fait disparaître les cadavres « dans l’intention de cacher le fait que sa mère lui a donné naissance », et un autre pour avoir participé à des actes « immoraux » mettant en danger les mœurs de l’enfant.

L’histoire avait attiré l’attention pour son caractère scabreux.

Le 15 octobre 2017, la femme de Sainte-Marthe-sur-le-Lac s’est présentée à l’hôpital de Saint-Eustache suite à une hémorragie vaginale. Les docteurs se sont alors aperçus qu’elle venait d’accoucher, mais qu’il n’y avait aucun signe du bébé. La femme niait avoir accouché.

La SQ a immédiatement été alertée, et dès le lendemain, elle a perquisitionné la demeure de la coupable. Les policiers ont alors découvert les cadavres de trois bébés, un né dans les jours précédents, et deux autres morts depuis longtemps et issus de deux grossesses séparées. Les corps ont été trouvés sous une cuve.

Vu l’état des cadavres, il a été impossible de prouver que les nouveau-nés étaient vivants au moment de l’abandon. C’est que qui a mené à la modification des accusations.

Aucune autre personne n’est accusée dans ce dossier. La femme reviendra devant la cour en octobre pour les représentations sur sentence.