L’ex-otage Caitlan Coleman a décrit son mari, le Canadien Joshua Boyle, comme un homme contrôlant et violent, et elle le croit responsable de leur enlèvement en Afghanistan.

Associated Press

Lors d’une entrevue avec le réseau ABC, Mme Coleman a déclaré que pendant ses années de captivité, elle craignait davantage son mari — dont elle est maintenant séparée — que leurs ravisseurs liés aux talibans.

Joshua Boyle a plaidé non coupable à de multiples accusations pour des crimes dont aurait été victime sa femme, notamment de voie de fait, d’agression sexuelle et de séquestration. Son procès a commencé en mars, mais il est présentement suspendu en attendant un appel.

PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Joshua Boyle

Mme Coleman, qui est Américaine, a témoigné que son mari l’avait soumis à de la violence physique et psychologique. L’avocat de M. Boyle l’a accusée d’avoir inventé des histoires, ce qu’elle a nié.

Caitlan Coleman vit maintenant aux États-Unis et a la garde exclusive des enfants du couple.

L’avocat de M. Boyle croit qu’il est inapproprié pour Mme Coleman d’accorder des entrevues pendant le procès. Dans les derniers jours, Mme Coleman a également accordé une entrevue au réseau anglais de Radio-Canada.

Mme Coleman et Joshua Boyle ont été enlevés ensemble par des extrémistes en Afghanistan en 2012 et ont été secourus cinq ans plus tard par les troupes pakistanaises. Mme Coleman a donné naissance à trois enfants lors de leur captivité.