(Québec) La réforme du réseau de la santé de Gaétan Barrette, la loi 10, n’a rien à voir avec le drame de Granby, soutient l’ancien ministre de la Santé. « Cette enfant, qui a vécu un terrible drame, avait été prise en charge. On ne peut imputer son décès à la réforme alors qu’elle avait été prise en charge », d’insister M. Barrette.

Denis Lessard
Denis Lessard La Presse

« Je n’ai pas fait une réforme des cours de justice au Québec. Quand on lit ce qui a été dit à la cour, on peut se poser des questions sur les façons de fonctionner. Tout pointe vers une réforme de la Loi sur la protection de la jeunesse », dit le député libéral de La Pinière.

« La Cour a eu à prendre une décision face à une situation terrible, en fonction des principes de la loi actuelle qui, manifestement, sont à revoir. La cour a pris une décision surprenante ». La seule chose qui puisse expliquer que cette enfant a été retournée dans sa famille est que « le sacro-saint principe de préserver l’unité familiale a eu préséance sur le bien-être de la personne ! C’est devenu un dogme, cette affaire-là ».

La réforme de la santé n’a rien à voir dans ce drame, « tout s’est passé selon des règles qui, à leur face même, sont discutables. Il faut modifier la Loi sur la protection de la jeunesse, la réflexion à faire est là-dessus ».