Le capitaine Éric Martin, qui a longtemps été le numéro 2 de l'escouade Marteau, quitte la Sûreté du Québec pour se joindre à l'entreprise privée, appris La Presse.

Publié le 29 janv. 2013
Fabrice de Pierrebourg LA PRESSE

Éric Martin, officier d'expérience respecté de ses hommes, dirigeait depuis quelques mois l'Unité mixte d'enquête sur le crime organisé autochtone (UMECOA). Selon nos sources, il se serait vu proposer le poste de directeur de la sécurité de la Banque Royale, une offre difficile à refuser, nous a-t-on dit.



L'annonce de son départ imminent de Marteau à l'automne 2011 avait déjà causé des remous. Certaines sources avaient assuré alors à La Presse que celui que l'on présentait comme l'âme dirigeante de cette escouade avait été «tassé», et poussé loin des projecteurs vers une unité plus méconnue. Des allégations niées alors par la SQ qui évoquait plutôt une candidature volontaire et un besoin de passer à autre chose.

Quelques mois plus tôt, Éric Martin avait fait des déclarations fracassantes sur le rôle des firmes de génie-conseil dans le financement occulte des partis politiques, qui auraient dérangé soutenaient certaines sources à l'interne. Par la suite, La Presse avait obtenu une lettre dans laquelle des policiers de la SQ soutenaient que l'on «dirigerait» les enquêtes de Marteau afin de les éloigner le plus possible des sphères du pouvoir à Québec.

Plus de détails dans La Presse de demain.

Photo archives La Presse

Éric Martin (à droite) en 2011.