Huit ans après un meurtre survenu dans le secteur Vimont, à Laval, le service de police local diffuse d'énigmatiques photos envoyées anonymement à la mère de la victime.

Philippe Teisceira-Lessard LA PRESSE

La dépouille de Nadia Panarello a été retrouvée dans une mare de sang le 12 février 2004, tuée dans son domicile avec une arme blanche. Le Service de police de Laval n'a jamais retrouvé l'arme du crime et n'a pas réussi à effectuer d'arrestation dans ce mystérieux dossier. Mme Panarello, une mère de deux enfants âgée de 38 ans, aurait été une femme sans histoire.

Le lendemain du meurtre, la mère de Mme Panarello a reçu quelques photos dans sa boîte à lettres. Celles-ci pourraient passer pour de banales images de voyage, mais elles ont été envoyées anonymement et les proches de la défunte affirment n'y reconnaître personne.

La plupart des photographies semblent avoir été prises à l'étranger, dans un pays au climat chaud. D'autres présentent un chalet qui n'est pas étranger à ceux que l'on retrouve au Québec. Les personnes présentes sur ces photographies n'ont pas encore été identifiées par les forces de l'ordre.

L'agent Franco Di Genova, porte-parole de la police de Laval, spécifie que ces personnes ne sont pas des suspects. Les enquêteurs désirent les rencontrer pour tenter de comprendre pourquoi ces photos avaient été envoyées, de manière anonyme, à la mère de la victime.

Avec La Presse Canadienne