En réunissant quatre ou cinq hypothèses que l'expert en balistique Gilbert Gravel n'a pas retenues parce qu'elles lui semblaient improbables, Marie-Nicole Rainville a pu se tirer elle-même une balle dans la tête.

Christiane Desjardins LA PRESSE

C'est ce qui ressort du fracassant contre-interrogatoire auquel se livre l'avocat de la défense Jacques Larochelle, avec l'expert en balistique Gravel, au procès de Jacques Delisle, ce juge retraité accusé du meurtre de sa femme.

Pour que Mme Rainville se suicide avec sa seule main valide, il aurait fallu réunir les hypothèses suivantes: elle tenait le pistolet de calibre .22 à l'envers, par le canon; elle s'est tiré à angle droit dans la tempe gauche; la balle a dévié dans la tête; le noir de fumée est sorti par la fenêtre du pistolet; la douille a été déplacée... C'est en tout cas le tableau que Me Larochelle a soumis ce matin. En fin de compte, l'expert a reconnu que c'est une possibilité, même si lui-même n'y croit pas.

Au début de l'audience, Me Larochelle, qui manie le verbe avec une effroyable efficacité, a d'abord attaqué l'expert sur le fait que ce dernier avait lui-même découvert, en juin 2011, qu'il était possible de se tirer une balle en tenant l'arme à l'envers. Enfin, c'est un de ses jeunes collègues qui l'a découvertet qui lui en a parlé. Or, ce n'est qu'au début de cette semaine que M. Gilbert en a parlé au procureur de la Couronne Steve Magnan, qui lui avait demandé d'être transparent et de dire s'il avait pu oublier ou omettre de lui parler de quelque chose.

«Je lui ai dit: "Oui, il y a peut-être quelque chose." Mais je lui ai dit que j'avais rejeté cette hypothèse», a bredouillé M. Gravel.

Il a rejeté cette hypothèse parce qu'il estime qu'il aurait été trop difficile, surtout pour une femme malade et chétive comme Mme Rainville, de se livrer à ce genre d'exercice.

Et puis d'autres détails de la scène rendaient cette hypothèse impossible. Par exemple, cette position empêche l'éjection de la douille. Or, la douille a été retrouvée sur une table du salon, à environ 80 cm de distance. C'est la distance normale de chute après éjection, selon les tests réalisés par l'expert Gravel. Par ailleurs, une nouvelle douille ne peut être chambrée, alors qu'il y en avait une dans le chargeur le jour du drame.

Mais Me Larochelle s'est efforcé d'anéantir les réserves de l'expert Gravel, même si, pour suivre le raisonnement de l'avocat, il faut faire quelques contorsions. Il a manipulé l'arme et a fait mine de se tirer des balles dans la tempe gauche en tenant le pistolet à l'envers, pour montrer que c'était très facile, contrairement à ce que disait l'expert Gravel.

«Ah, mais vous n'aurez pas de noir de fumée dans la main», s'est exclamé l'expert Gravel

«Vous connaissez les principes de la science, une chose à la fois», a rétorqué Me Larochelle.

Le procès se poursuit.





Photo Le Soleil

Jacques Delisle