Des milliers de fonctionnaires du gouvernement du Québec sont privés de certains services du groupe financier La Capitale en raison d'une «fraude majeure», a appris La Presse.

Mis à jour le 11 janv. 2012
Francis Vailles LA PRESSE

Le 19 décembre, le groupe a avisé sa clientèle que le paiement de toute dépense liée à l'automobile, notamment l'achat d'essence, à l'aide de la carte La Capitale était suspendu temporairement. Dans une lettre et dans le message d'accueil téléphonique du service à la clientèle, il explique qu'une fraude majeure touche «les transactions réalisées avec certaines compagnies pétrolières».

Lancée en 1985, la carte La Capitale est utilisée par 17 000 personnes, essentiellement des fonctionnaires provinciaux, qui peuvent budgéter leurs cotisations au REER, le paiement de leur impôt foncier ou de leurs dépenses liées à l'automobile.

C'est ce dernier poste budgétaire qui a été ciblé par les fraudeurs. Selon la direction de l'entreprise, certaines cartes ont été clonées et ont permis aux fraudeurs de faire le plein d'essence aux frais de clients de La Capitale.

La fraude a été découverte en décembre et La Capitale a porté plainte à la police. Malgré cette réaction rapide, les fraudeurs ont réussi à acheter pour près de 500 000$ en quelques jours. Par mesure de précaution, La Capitale a suspendu toutes les transactions liées à l'automobile. La direction ne sait pas quand le retour à la normale aura lieu. Les autres transactions couvertes par la carte ne sont pas touchées.

Avant Noël, le message téléphonique de La Capitale indiquait: «Cette situation ne touche financièrement que La Capitale elle-même et ne vous affecte pas personnellement. Ni vos renseignements personnels ni les sommes que vous détenez ne sont en danger».

La Capitale est une mutuelle d'assurance qui gère un actif de 4 milliards de dollars et compte 2900 employés. Elle offre des services d'assurance vie, d'assurance collective et d'assurance automobile, entre autres.