Aldo Franchini, qui a célébré ses 18 ans il y a un mois à peine, est aujourd'hui accusé du meurtre non prémédité d'Alejandro Chonta Rojas.

Mis à jour le 26 juill. 2011
Caroline Touzin LA PRESSE

L'accusé et la victime font partie du même gang de rue, un gang d'allégeance rouge baptisé les 18, selon nos informations.

Dans le box des accusés, Franchini portait encore des traces de la bagarre de samedi soir au moment de sa brève comparution, hier, au palais de justice de Montréal. Il avait un gros bandage sur la joue gauche. Vêtu d'un t-shirt blanc, chaussé de Converse noirs, il ne cessait de jeter des regards vers la dizaine de parents et amis venus assister à sa comparution.

Franchini est soupçonné d'avoir poignardé la victime au cours d'une bagarre qui a éclaté dans le stationnement d'un McDonald's du quartier Saint-Léonard, samedi soir dernier. Il a été arrêté en même temps qu'un jeune homme âgé de 20 ans. Ce dernier a été relâché au terme d'un interrogatoire et ne sera pas accusé.

Le drame est survenu vers 22h50 à l'angle des rues Jean-Talon et Viau. La victime, Alejandro Chonta Rojas, a été poignardée à l'arme blanche. Sa mort a été constatée à l'hôpital.

Ni la victime ni son présumé agresseur n'ont d'antécédents judiciaires en tant qu'adultes, selon nos recherches. Un porte-parole de la police de Montréal a toutefois indiqué que tous deux sont «connus» des milieux policiers.

Hier, plusieurs amis de l'accusé venus assister à sa comparution arboraient des tatouages. L'un d'eux portait un t-shirt avec le mot Dope (drogue) inscrit en grosses lettres et surmonté d'une couronne.

Dans le milieu des gangs de rue, la couronne est un symbole de gangs de rue latino-américain associés à la grande famille d'allégeance rouge ou Bloods.

Les proches de l'accusé ainsi que son avocat, Me Alexandre Garel, ont refusé de parler aux médias, hier. Le jeune homme retournera en cour le 4 août pour la suite du processus judiciaire.