La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) a envoyé une trentaine d'avis d'infraction à la chaîne de dépanneurs Couche-Tard en raison de négligences concernant la prévention des agressions dans ses établissements.

LA PRESSE CANADIENNE



Les amendes infligées à l'entreprise basée à Laval varient entre 500 $ et 1000 $ par infraction.

Selon le porte-parole de la CSST, Jacques Nadeau, une dizaine d'établissements de la région de Montréal sont visés par ces avis d'infractions émises en 2009 et 2010.

La CSST et Couche-Tard négocient une entente à l'amiable pour remédier à la situation, a confirmé M. Nadeau. Cependant, cela ne veut pas nécessairement dire que les constats d'infraction et les amendes seront retirées.

Les solutions proposées diffèrent d'un établissement à l'autre. Par exemple, certains dépanneurs devront installer une barrière de sécurité aux caisses, ou se doter d'un bouton d'urgence.

Jacques Nadeau s'est dit satisfait des mesures proposées par l'entreprise, et qui devraient être adoptées dans un délai raisonnable.

«On pense que les mesures que Couche-Tard prendra permettront d'assurer une plus grande sécurité pour les travailleurs dans les milieux de travail, et cela est vital, c'est ce qui est à la base de toutes nos démarches», a indiqué M. Nadeau.