La femme qui exploitait une garderie familiale dans des conditions douteuses à Deux-Montagnes, dans les Laurentides, s'en tire sans casier judiciaire.

Mis à jour le 24 août 2010
LA PRESSE CANADIENNE

Nathalie Girard, 43 ans, a reçu sa sentence mardi au Palais de justice de Saint-Jérôme. Pendant un an, elle ne pourra pas entrer en contact avec des jeunes de moins de 16 ans et ne pourra opérer où travailler dans une garderie.

Mme Girard, qui était propriétaire de la garderie «Le jardin des frimousses», faisait face à une accusation d'avoir omis de fournir des soins nécessaires à un enfant qui était sous sa responsabilité.

On lui reprochait d'avoir exploité illégalement une garderie privée durant 14 mois, de juillet 2007 à septembre 2008.

Mme Girard avait également fait l'objet de plaintes voulant qu'elle gardait trop d'enfants à sa garderie. Elle était autorisée à garder un maximum de cinq à six enfants.

Or, lors d'une visite chez elle, le 30 septembre 2008, les policiers, la Direction de la protection de la jeunesse et le ministère de la Famille avaient découvert 18 enfants sur place. Certains avaient été trouvés attachés dans des sièges d'autos et cachés près d'une haie, à proximité de sa résidence.

Cette décision déçoit Mélissa Plante, dont l'enfant a fréquenté cette garderie. Elle rappelle que puisque Mme Girard n'aura pas de casier judiciaire, celle-ci pourra ouvrir une nouvelle garderie dans quelque temps et que les parents n'auront aucun recours contre elle.