Un chien renifleur et de l'équipement spécialisé dans l'imagerie thermique ont été utilisés vendredi à la suite de l'effondrement d'un mur de briques d'un édifice du centre-ville de Toronto, bien que l'on ignorait toujours, vendredi après-midi, si une personne est demeurée prisonnière des gravats.

LA PRESSE CANADIENNE

Toutes les personnes présentes à l'intérieur du restaurant Tatami situé à l'intersection des rues Yonge et Gould sont sorties indemnes après que le mur se soit effondré sur l'heure du midi, a précisé un porte-parole du service de police de Toronto.

Byron Sliver, qui sortait de la salle de toilettes du restaurant Tatami au moment de l'effondrement, a d'abord cru que des pots et des plateaux avaient été échappés sur le sol, puis a songé à la possibilité que le bâtiment allait s'écrouler.

Les policiers n'étaient cependant toujours pas en mesure de déterminer si une personne se trouvait sur le trottoir de la rue Gould au moment de l'effondrement du mur de briques, à proximité de l'Université Ryerson.

Le chien renifleur s'est arrêté au-dessus d'un amas de débris pendant environ 30 secondes, a commencé à aboyer, puis est retourné vers son maître.

L'effondrement de la façade a expédié des briques jusqu'au milieu de la rue.

Un homme, qui travaille dans une pizzeria en face du restaurant Tatami, a indiqué que l'effondrement avait créé «un bruit assourdissant» et «beaucoup de poussière».

Il a ajouté qu'une femme qui marchait sur le trottoir de l'autre côté de la rue avait été projetée au sol par la puissance de l'impact, mais qu'elle n'avait subi aucune blessure.

Selon lui, une affiche avait été installée sur la façade et avait commencé à pencher en direction de la rue. La section d'environ 10 mètres par huit mètres du mur s'est ensuite effondrée.

La rue Yonge, située au coeur du quadrilatère commercial de la ville, a été fermée à la circulation routière et aux piétons en raison des risques liés à l'intégrité structurale du bâtiment.