Source ID:0c45abd9273b3c9cbd6a46172b5dd311; App Source:StoryBuilder

Filature mortelle: l'ex-policier Patrick Ouellet relâché sitôt condamné à la prison

Patrick Ouellet a été condamné à huit mois... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

Agrandir

Patrick Ouellet a été condamné à huit mois de prison.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Il appartenait à un groupe trié sur le volet, axé sur la performance et l'accomplissement dans l'ombre des missions les plus délicates. Mardi, l'ancien policier Patrick Ouellet a été condamné à huit mois de prison pour avoir poussé beaucoup trop loin la poursuite d'une opération de filature, en roulant à toute allure dans une zone résidentielle, entraînant la mort d'un enfant.

L'ex-policier n'aura toutefois passé que quelques heures en détention au palais de justice de Longueuil. La Cour d'appel a accepté en après-midi que sa peine soit suspendue en attendant que le tribunal entende sa requête pour contester sa condamnation.

Patrick Ouellet l'avait dit lui-même devant le tribunal le mois dernier, après avoir été reconnu coupable de conduite dangereuse ayant causé la mort : «Aucune mission policière ne vaut la perte d'une vie humaine.»

Mardi, le juge Éric Simard abondait dans le même sens. «Ce qui frappe particulièrement dans cette tragédie est la futilité des raisons qui l'expliquent», a-t-il déclaré.

Le magistrat a insisté sur l'importance d'envoyer un message à travers cette sentence. 

«Ici, le message doit être envoyé aux policiers et aux personnes conduisant des véhicules d'urgence. Il ne faut surtout pas que ces derniers se laissent influencer par une culture d'entreprise ou par une impression d'impunité.»

Le juge a souligné que le pouvoir de dépasser les limites de vitesse et de contrevenir à certaines règles dans le cadre d'une opération doit être exercé en ayant en tête la sécurité de tous les usagers de la route.

«Répétons-le, les policiers ne sont jamais exonérés de leur obligation d'agir avec prudence comme n'importe quel usager de la route», a-t-il souligné.

À 134 km/h

L'agent de la Sûreté du Québec (SQ) conduisait un véhicule banalisé le jour fatidique du 13 février 2014. Il ne répondait pas à un appel d'urgence. Il tentait de rattraper un collègue qui avait pris en filature l'ancien directeur général du Parti libéral du Québec, dans le cadre d'une enquête anticorruption.

Le policier roulait à 134 km/h deux secondes avant de percuter de plein fouet la voiture dans laquelle se trouvait le petit Nicholas Thorne-Belance, 5 ans, sur le boulevard Gaétan-Boucher. Grièvement blessé, l'enfant a rendu l'âme à l'hôpital.

Nicholas Thorne-Belance... (photo tirée de facebook) - image 2.0

Agrandir

Nicholas Thorne-Belance

photo tirée de facebook

Dans cette zone résidentielle, la limite de vitesse était de 50 km/h. Selon un expert, l'accident aurait pu être évité si l'agent Ouellet avait roulé à moins de 80 km/h.

Les procureurs du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) avaient d'abord décidé de fermer le dossier sans porter d'accusations. Mais à la suite d'une enquête de La Presse, le dossier avait été réévalué et des accusations criminelles avaient été portées.

Des critères de sélection très stricts

Patrick Ouellet faisait partie de la cinquantaine de membres de l'Équipe de surveillance de la Sûreté du Québec, des spécialistes de la filature triés sur le volet, dont une partie se trouve dans la région de Montréal et une partie dans la région de Québec.

Dotés d'un fort esprit de corps, les membres de ce groupe doivent passer des examens de sélection extrêmement exigeants. Tests d'observation, parcours en gymnase, reconnaissance de tous les modèles de véhicules routiers : le processus se termine par un parcours routier en circuit fermé particulièrement difficile, où les freins des véhicules sont poussés au maximum de leur capacité. À la fin du parcours, les candidats doivent pouvoir nommer une série de mots ou d'articles qui avaient été disposés préalablement le long de la piste.

Les membres de l'Équipe de surveillance de la SQ ont la réputation d'être capables de suivre n'importe qui, n'importe où, n'importe quand, et sont connus pour entretenir des critères élevés de performance les uns envers les autres. 

Ils doivent être capables de se fondre dans le décor pour épier un suspect au restaurant, puis le suivre dans le métro, dans un bâtiment, sur la route, en milieu urbain aussi bien qu'à la campagne.

Propriétaire de l'agence de sécurité privée Investigation McGinnis et Associés, Richard McGinnis fait lui-même de la filature routière depuis 1988 et emploie parfois jusqu'à 10 spécialistes à la fois sur la route. Il insiste sur la difficulté du métier.

«Beaucoup de gens pensent que c'est facile, mais en fait ce n'est pas donné à chacun. La filature, tu l'as ou tu ne l'as pas. Ceux qui font ça dans les corps de police ont une connaissance et un contrôle des véhicules hors du commun», dit-il.

Il souligne toutefois que même lorsqu'on est un conducteur hors de l'ordinaire, même lorsqu'on veut à tout prix remplir sa mission, même lorsqu'on a confiance dans ses capacités, il y a une limite à ne pas franchir.

«Nous, si l'individu qu'on suit augmente trop sa vitesse, on va le laisser aller, pour ne pas mettre notre sécurité et celle des autres usagers de la route en péril. Il n'y a pas une job qui vaut la peine de franchir une certaine limite. Il faut savoir s'accrocher, mais il faut aussi savoir décrocher.»

Interdiction de conduire

En plus de sa peine de huit mois de prison, le juge a imposé à Patrick Ouellet une interdiction de conduire d'une durée de 20 mois, qui est toutefois suspendue le temps que la Cour d'appel se penche sur son dossier.

Son avocate, Me Nadia Touma, ne s'attend pas à ce que l'appel du policier soit entendu avant l'automne prochain. «Quand une demande d'appel est basée sur des motifs sérieux, la mise en liberté est une procédure habituelle», a-t-elle fait valoir, à sa sortie de la Cour d'appel.

«En attendant, M. Ouellet travaille, c'est un père de famille, un actif pour la société.»

- Avec Isabelle Ducas, La Presse

***

CE QUI A CHANGÉ À LA SÛRETÉ DU QUÉBEC DEPUIS LA TRAGÉDIE

Avant chaque mission, une évaluation vise à déterminer si la filature est vraiment la meilleure option.

Une grille d'évaluation du risque doit être remplie dans le cadre de chaque mission.

La formation a été améliorée, avec trois jours de cours de conduite avancée obligatoires.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer