Source ID:2c928ca9-0757-4c40-bfb6-25df42d134ed; App Source:alfamedia

Pénurie de cocaïne à Montréal

Le prix d'un kilogramme de cocaïne non traité... (Photo Martin Chamberland, Archives La Presse)

Agrandir

Le prix d'un kilogramme de cocaïne non traité aurait augmenté de 20 % dans la grande région de Montréal depuis quelques mois.

Photo Martin Chamberland, Archives La Presse

La cocaïne se ferait rare dans la grande région de Montréal ces jours-ci, a appris La Presse de diverses sources.

À tel point que le prix du kilogramme de cocaïne non encore traité par les trafiquants, qui était de 42 000 $ il y a quelques mois, se situerait actuellement à près de 55 000 $, une hausse de plus de 20 %. Le quart de gramme de cocaïne se vendrait toutefois toujours 20 $ dans la rue, ce qui laisse croire que la drogue est davantage « coupée » ces temps-ci comparativement aux périodes où l'offre et la demande sont plus stables.

Selon certaines informations, la pénurie et la hausse des prix s'expliqueraient par le fait que les Hells Angels, qui contrôlent une très grande partie du marché au Québec, ralentissent délibérément la distribution de kilogrammes de cocaïne pour faire augmenter les prix, et ainsi augmenter leurs profits.

Mais selon une source policière, cette pénurie et cette hausse des coûts seraient principalement attribuables au démantèlement, en avril dernier, de plusieurs réseaux de trafic de cocaïne et de méthamphétamine liés aux motards, et à l'arrestation de 70 individus, dont des membres des Hells Angels, dans le cadre de l'enquête Objection menée par l'Escouade nationale de répression du crime organisé (ENRCO), chapeautée par la Sûreté du Québec.

« La police a fait très mal aux Hells Angels. C'étaient parmi leurs réseaux les plus importants et la police les a démantelés de la tête jusqu'aux distributeurs. Les motards doivent donc complètement refaire leurs structures, ce qui prend un certain temps. Dans les semaines suivant Objection, les trafiquants ont écoulé des quantités qui leur restaient, mais ils en ont peut-être moins aujourd'hui », a confié une source policière qui a requis l'anonymat.

PEUT-ÊTRE 2000 KG DE MOINS

Il faut souligner également que d'importantes quantités de cocaïne qui devaient vraisemblablement arriver au Québec ont été saisies ces derniers mois.

En juillet dernier, deux Québécois à bord d'un voilier transportant plus de 1500 kg de cocaïne, évalués à plus de 100 millions, ont été arraisonnés par la marine française au large de l'île Saint-Martin, dans les Antilles. Escortés par les autorités, les contrebandiers ont mis le feu à leur bateau - dont le port d'attache est à Gaspé - , visiblement dans le but de faire disparaître les preuves, mais les marins sont parvenus à éteindre l'incendie, à récupérer la drogue et à arrêter les suspects, qui seront jugés par la justice française.

En décembre dernier, un autre voilier transportant 750 kg de cocaïne valant 37 millions a été intercepté au large de l'État du Maine. Un Québécois a été arrêté et les autorités croient que la drogue était également destinée au Québec.

C'est sans compter d'autres saisies moins importantes menées ces derniers mois et le travail incessant des différents corps de police contre les trafiquants de cocaïne.

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l'adresse postale de La Presse.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer