Source ID:; App Source:

Mère assassinée: la famille poursuit la Ville de Montréal

La victime a été assassinée dans sa cuisine.... (Archives La Presse)

Agrandir

La victime a été assassinée dans sa cuisine. Les traces de lutte étaient évidentes sur cette photo de la scène de crime.

Archives La Presse

Avant de mourir poignardée par son ex-conjoint, le 17 octobre 2010, Maria Altagracia Dorval s'était adressée plusieurs fois à la police pour faire part de ses craintes. Aujourd'hui, les proches de la défunte intentent une poursuite de 665 000$ contre la Ville de Montréal, pour «fautes et négligence» de ses policiers. La poursuite vise aussi le meurtrier, Edens Kenol.

Au terme de son procès, en mai dernier, M. Kenol a été déclaré coupable par un jury du meurtre prémédité de Mme Dorval, avec qui il avait été marié pendant 11 ans. La rupture du couple était survenue à l'été 2010, et M. Kenol ne l'acceptait pas. Il harcelait son ex-conjointe, la suivait, l'appelait très souvent et la menaçait. La nuit du 17 octobre, il s'est introduit chez elle en son absence et l'a poignardée à mort à son retour d'une fête.

Appels à l'aide

Il a été établi que Mme Dorval, 28 ans, qui résidait à Montréal-Nord, avait téléphoné à la police ou composé le 911 le 15 août, le 12 septembre et le 11 octobre 2010. Cette dernière fois, elle avait fait une déclaration signalant le harcèlement et les menaces de M. Kenol à son endroit depuis le mois d'août. L'homme avait menacé de la tuer, elle et leurs trois enfants, ajoutant qu'il s'enlèverait la vie ensuite. Mme Dorval a été tuée six jours après ce coup de fil. M. Kenol a été arrêté une douzaine d'heures plus tard chez des amis. Il venait de faire des testaments sur vidéo, dans lesquels il avouait son crime et laissait entendre qu'il s'apprêtait à se suicider.

Dans la poursuite déposée au palais de justice de Montréal, on allègue que les policiers n'ont pas fait le suivi des appels de détresse de Mme Dorval en août et en septembre 2010, et qu'ils ont omis d'enquêter après la plainte reçue en octobre. La poursuite est intentée par les trois enfants mineurs et leur tuteur, Nousla Dorval.

Il est à noter que, dans la foulée de cette affaire, cinq policiers du Service de police de la Ville de Montréal ont été cités à comparaître devant le Comité de déontologie policière pour négligence dans le traitement d'une plainte. Les audiences à ce sujet ont commencé en novembre 2012, mais ne sont pas encore terminées. Elles reprendront dans quelques semaines.

La succession poursuit aussi Industrielle Alliance pour 350 000 $, dans l'espoir d'obtenir le fruit d'une assurance vie qui devait échoir à Edens Kenol, advenant le décès de Mme Dorval. Comme M. Kenol est déchu vu qu'il a tué Mme Dorval, les héritiers soumettent que la somme doit leur être versée.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer