Un journaliste de Vice Media doit remettre à la GRC les informations qu'il a recueillies dans le cadre de reportages sur un homme accusé de terrorisme, vient d'ordonner la cour d'appel de l'Ontario.

Publié le 22 mars 2017
Isabelle Ducas LA PRESSE

Le journaliste Ben Makuch, avec l'appui de plusieurs médias et groupe de défense de la liberté d'expression, s'opposait à la décision du tribunal de première instance, rendue en mars 2016. Le juge avait statué que la police avait besoin du matériel journalistique pour enquêter sur un crime sérieux.

Mais le journaliste et ses partisans refusaient d'obtempérer, en affirmant que les sources médiatiques seront réticentes à fournir des informations si elles craignent que la police puisse ensuite y avoir accès. Si le premier jugement est maintenu, « il aura un effet préjudiciable important sur la pratique du journalisme au Canada », qui sera nuisible à l'indépendance des médias, avait fait valoir Vice.

La bataille judiciaire concerne des reportages publiés par Ben Makuch en 2014, au sujet d'un homme de Calgary, Farah Shirdon, qui se trouvait en Syrie et est suspecté d'appartenir au groupe armé État islamique. L'homme a été accusé, en son absence, de s'être adonné à des activités terroristes.

Le journaliste a notamment échangé avec le suspect des textos, que les policiers veulent consulter.