(Prague) Sur un kilomètre, des chopes de bière posées sur le sol avec des bougies allumées à l’intérieur : c’est ainsi que restaurateurs et propriétaires de pubs de Prague ont choisi dimanche de protester contre les restrictions anti-COVID décidées par le gouvernement.

Agence France-Presse

Par un après-midi froid et brumeux, la longue guirlande s’étirait sur le trottoir entre le centre historique de la capitale tchèque et le siège du gouvernement.

« Nous sommes ici parce qu’on est vraiment désespérés et à bout, physiquement et psychiquement », a expliqué à l’AFP Jiri Janecek, organisateur de la manifestation.

Le patron de la petite brasserie Maly Janek, du sud de Prague, fustige la décision prise à trois reprises par le gouvernement depuis mars de fermer les restaurants.

« Le gouvernement a déclenché une pandémie bien plus meurtrière, celle de la pauvreté, du chômage et de l’effondrement des entreprises », insiste-t-il, tout en déplorant le faible niveau des compensations gouvernementales.

Confronté à un nouveau pic des contaminations, le gouvernement tchèque a fermé les restaurants, les pubs et les bars peu avant Noël, seulement autorisés à vendre des plats à emporter.

Les restaurants dans ce pays, connu pour la plus forte consommation de bière par habitant au monde, avaient été fermés lors de la première vague de l’épidémie au printemps, puis durant une bonne partie de l’automne.

Membre de l’UE, fort de ses 10,7 millions d’habitants, la République tchèque a enregistré plus de 740 000 cas confirmés de COVID-19, dont près de 12 000 décès, depuis mars.