(Stockholm) En falsifiant son CV, un officier de l’armée suédoise est parvenu à se hisser jusqu’au siège militaire de l’OTAN pour le compte de la Suède, a révélé mercredi la presse nationale suédoise.

Agence France-Presse

D’après le quotidien suédois de référence Dagens Nyheter (DN) à l’origine des révélations, l’homme a menti sur son expérience et falsifié un diplôme d’école d’officiers.

Pendant plus de dix ans, il a été au service de l’armée suédoise et a occupé plusieurs postes de haute sécurité, jusqu’à devenir officier d’état-major au Grand quartier général des puissances alliées en Europe de l’OTAN, le SHAPE, près de Mons, en Belgique.

Les forces armées suédoises ont reconnu que l’homme, dont l’identité n’a pas été dévoilée, avait été « employé à tort ».

« La personne a travaillé comme officier suédois de liaison et avec un système informatique utilisé dans le cadre des opérations militaires pour lesquelles les forces armées suédoises disposent de personnel », ont ajouté les autorités dans un communiqué. L’OTAN a été informée lundi de la situation.

Selon les informations de Dagens Nyheter, l’officier a été engagé pour travailler en 2012 et 2013 sur le système informatique AMN (Afghanistan Mission Network) de l’OTAN – un système utilisé par 48 pays pour partager des informations de renseignement, de surveillance et de reconnaissance, aujourd’hui disparu.

Il a atteint le grade de major sans valider de formation obligatoire et a été temporairement promu pour pouvoir servir le principal commandement militaire de l’organisation, rapporte le journal.

En 2019, il a encore été choisi pour intégrer le contingent suédois de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma).

À la suite de ces révélations, l’armée suédoise a déclaré avoir ouvert une enquête.

Dans un commentaire transmis à l’AFP, l’OTAN qualifie ces « accusations » de « sérieuses » et dit être en contact avec les autorités suédoises.

« Comme cette affaire fait actuellement l’objet d’une enquête par les forces armées suédoises, il serait inapproprié que nous fassions d’autres commentaires », a ajouté une porte-parole du SHAPE.

L’armée suédoise n’a, elle, pas répondu dans l’immédiat aux questions de l’AFP.

La Suède n’est pas un membre de l’OTAN, mais fait partie du Partenariat pour la paix de l’Alliance, lancé en 1994 pour développer la coopération militaire entre l’Alliance et des pays non-alignés.  

Ces dernières années, le royaume s’est rapproché de l’alliance militaire après l’annexion de la Crimée par Moscou. Les responsables suédois craignent une agression en cas de conflit ouvert avec l’OTAN pour couper la voie maritime à l’Alliance atlantique vers ses membres baltes.