Pénurie de poulet, intervention policière, employés en retard… Lundi, une promotion annoncée pour souligner les 40 ans d’un St-Hubert de Victoriaville a été si populaire qu’elle a causé un bouchon de circulation et a obligé les propriétaires à y mettre fin 45 minutes avant la fermeture du resto.

Isabelle Massé Isabelle Massé
La Presse

La population de Victoriaville (45 000 habitants) avait été avertie, il y a une dizaine de jours, par le biais de Facebook et de la radio : le plat « Le choix du rôtisseur » (cuisse ou poitrine avec frites, salade de chou, pain et sauce), habituellement détaillé à 7,25 $ allait être vendu à 4 $ lundi, au comptoir pour emporter ou à la commande à l’auto, pour souligner les 40 ans de l’ouverture du St-Hubert dans la ville.

« On ne savait pas à quoi s’attendre, mais on a créé un monstre, raconte Alexandre Marcotte, copropriétaire de la rôtisserie. On avait prévu vendre entre 1800 et 2000 repas. On en a finalement vendu 2900. À 20 h 15, on n’avait plus de poulet ! »

La direction a dû faire appel à d’autres rôtisseries St-Hubert pour la dépanner dans l’approvisionnement de certains aliments. À 16 h 15, voyant la longue file de voitures immobilisées sur la route 116, en route vers l’établissement, Alexandre Marcotte a décidé de joindre la police pour gérer le trafic. « C’est étonnant le nombre de personnes qui veut manger à 15 h 30… », lance Alexandre Marcotte.

Normalement, un lundi, une vingtaine d’employés peuvent travailler au resto. Hier, on avait prévu qu’il y en aurait une cinquantaine. Mais plusieurs n’ont pu se rendre à leur lieu de travail ou sont arrivés en retard… à cause du bouchon de circulation. « Un de nos employés est arrivé en courant, après avoir garé sa voiture dans le stationnement du McDo ! » admet Alexandre Marcotte.

Promo payante pour les propriétaires ? « On n’a pas regardé ça, affirme Alexandre Marcotte. On ne s’est pas mis riches, c’est sûr, mais ce n’est pas grave, car ça a fait beaucoup jaser. C’est un bon coup de pub. »