(New York) Une Américaine a réussi à voyager en cabine avec son cheval miniature lors d’un vol d'American Airlines reliant Chicago à Omaha, d’une durée d’une heure et demie fin août.

Agence France-Presse

Flirty, qui a la taille d’un grand chien, voyageait avec sa maîtresse, qui a besoin de la présence de cet animal de soutien émotionnel au quotidien pour l’aider à gérer des crises d’anxiété, a indiqué la passagère. Flirty, 7 ans, lui rappelle notamment de prendre ses médicaments, raconte-t-elle.

«Flirty est mon animal de soutien. J’ai besoin de l’avoir à mes côtés à tout moment pour des alertes médicales et aussi pour m’assister dans mes déplacements», indique Abrea Hensley.

Le cheval n’avait pas de siège assigné : «Je voyageais avec un journaliste, qui a bien voulu accepter de partager son espace. Nous étions assis sur une rangée derrière une cloison (sans siège devant) et donc Flirty était installée dans l’espace devant nos jambes», narre Mme Hensley.

«Si j’avais à voyager seule, je devrais acheter un billet pour un siège supplémentaire afin de m’assurer qu’il y ait suffisamment de place pour sa taille», dit-elle.

Mme Hensley affirme que c’était la première fois qu’elle prenait l’avion avec Flirty et qu’elle ne prévoit pas de renouveler l’expérience.

«Je préfère me déplacer en voiture avec elle», a-t-elle déclaré.

Le département américain des Transports (DoT) autorise, depuis début août, le voyage en cabine d’animaux de soutien émotionnel, bien dressés et d’une certaine taille.

Flirty «était un cheval miniature de soutien émotionnel dressé», indique un porte-parole d’American Airlines, insistant sur le fait que la compagnie s’autorise à accepter des animaux en cabine au cas par cas.

«Nous reconnaissons le rôle important que peuvent jouer les chiens, chats et chevaux miniatures de soutien émotionnel bien dressés dans les vies de personnes présentant un handicap, mais pas seulement des aveugles, des sourds ou des personnes à mobilité réduite. Ils sont les bienvenus en cabine, sans frais, s’ils répondent aux critères», a déclaré le porte-parole.

D’après Abrea Hensley, les animaux de soutien émotionnel voyagent en cabine gratuitement parce qu’ils sont considérés comme des «équipements médicaux».