Source ID:d3f364a1c4ee3d35ada570dec01f4475; App Source:StoryBuilder

Un DJ demande à la récipiendaire du Ballon d'Or de «twerker»

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Le DJ Martin Solveig a créé la polémique en demandant à Ada Hegerberg, première lauréate du Ballon d'Or féminin lundi, si elle connaissait le «twerk», une danse sensuelle aux déhanchés très explicites, avant de s'excuser, plaidant «une mauvaise blague».

«Est-ce que tu sais twerker ?», a demandé en français le musicien, en charge de l'animation de la cérémonie, à la joueuse norvégienne de Lyon, qui lui a répondu non en détournant la tête.

Cette courte séquence a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux, où des internautes se sont indignés du «sexisme» et du «total manque de respect» du DJ français, âgé de 42 ans, envers l'athlète de 23 ans.

Une fois la cérémonie terminée, Martin Solveig a rapidement réagi dans une vidéo d'excuses publiée sur Twitter : «Je suis étonné par ce que je suis en train de lire sur l'internet. Bien sûr, je ne voulais offenser personne», a-t-il déclaré.

«Ça vient de mon mauvais usage de la langue anglaise, et de ma mauvaise compréhension de la culture de la langue anglaise, qui n'est visiblement pas suffisante. Je ne savais pas que cela pouvait être vu comme une offense, surtout quand on regarde la séquence en entier, qu'on a terminée ensemble en dansant sur du Frank Sinatra», a-t-il poursuivi.

«C'est une blague, peut-être une mauvaise blague et je voulais m'excuser envers ceux que j'aurais pu offenser. Désolé», a-t-il encore ajouté.

«Il est venu me voir après et il s'est excusé. Je n'ai pas vu la situation comme ça, comme les autres. On a dansé un peu, j'ai eu le Ballon d'Or, et c'est le plus important pour moi. Je n'ai pas trouvé cela sexiste», a déclaré Hegerberg en zone mixte, après la cérémonie.

Est-ce qu'on aurait demandé cela à un homme ? «Ça, c'est une bonne question», a-t-elle répondu, avant de plaider pour une meilleure reconnaissance du soccer féminin.

«Ce sont aussi les hommes qui vont aider le soccer féminin. Il faut de l'aide des gens les plus hauts placés dans le système, à la FIFA, à l'UEFA... Il y a encore du travail à faire», a encore déclaré la joueuse norvégienne.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer