Une église évangélique sud-africaine a conclu un accord avec le fabricant officiel de vuvuzelas la reconnaissant comme «inventeur» de la trompette adoptée par les partisans du Mondial de soccer en Afrique du Sud, ont annoncé mardi les deux parties.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Nous sommes maintenant les inventeurs officiels de la vuvuzela. Nous allons désormais travailler ensemble,» a déclaré à l'AFP Enoch Mthembu, porte-parole de l'église baptiste de Nazareth à Inanda, près de Durban (est). Selon lui, une rencontre est prévue bientôt pour finaliser l'accord. «Notre principale préoccupation aujourd'hui est de faire fermer les usines illégales et les entreprises chinoises qui produisent à très bas prix», a ajouté le porte-parole. «Il s'agit d'un instrument sud-africain et sa production échappe à tout contrôle.»

Neil van Schalkwyk, le patron de Masincedane Sport, la société qui produit la version en plastique de la vuvuzela depuis une dizaine d'années, a confirmé l'existence d'un compromis mais s'est refusé à en dévoiler le contenu.

Mêlant christianisme et traditions zouloues, l'église évangélique créée en 1910 revendique 4 millions d'adeptes. Son fondateur, Isaiah Shembe, est révéré comme un Messie africain.

Selon son porte-parole, l'instrument a été inventé au début du siècle par Isaiah Shembe. Les membres de l'église utilisent toujours lors de leurs cérémonies des cornes d'antilopes ou des cannes à sucre creusées au son monocorde.

Dans les années 1980, les supporteurs des Amazulu, l'équipe de football de Durban, avaient adopté la trompette, reprise ensuite par les fans des Kaizer Chiefs, une des grandes équipes de Soweto.

Van Schalkwyk, qui avait repéré l'instrument lorsqu'il jouait comme footballeur en juniors, a lancé la production des trompettes en plastique en 2001. Une opération marketing réussie a imposé la vuvuzela dans les stades de la Coupe des confédérations l'année dernière, avant de gagner la planète avec le Mondial.