L'imam d'une mosquée dans l'est du Liban a organisé cette semaine son propre enlèvement, apparemment pour demander une rançon censée résoudre ses problèmes financiers, ont indiqué vendredi un responsable des services de sécurité et ses voisins.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Vendredi, les forces de sécurité libanaises ont arrêté Mohammad Majzoub, l'imam sunnite d'une mosquée dans la localité de Majdel Aanjar dans la région de la Békaa (est) pour «avoir planifié un enlèvement fictif», a indiqué à l'AFP le responsable des services de sécurité, précisant que son interrogatoire se poursuivait.

Mardi, la voiture de cheikh Majzoub a été retrouvée sur une route secondaire à Majdel Aanjar, avec les clignotants allumés, et son turban blanc sur le sol, a rapporté la presse locale.

Sa disparition a aussitôt provoqué un tollé dans le pays en raison du caractère confessionnel «sensible» de la région. Majdel Aanjar est une localité sunnite dans un secteur à majorité chiite.

Des députés ont appelé les habitants de Majdel Aanjar «au calme» et des dignitaires de la localité sont allés jusqu'à appeler les forces de sécurité à retrouver le cheikh en toute urgence «pour préserver la paix civile».

Une délégation a même rencontré le mufti de la République pour discuter de la question.

Jeudi soir, les forces de sécurité l'ont retrouvé dans une maison dans la localité de Lala, à proximité de Majdel Aanjar, la barbe et les cheveux rasés, mais sain et sauf.

Des habitants ont indiqué à l'AFP que le cheikh, âgé d'une vingtaine d'années, croulait sous les dettes.