Une municipalité japonaise s'apprête à vendre aux enchères sur internet quatre écoles primaires devenues inutiles en raison de la baisse du nombre de jeunes élèves, sur fond de natalité en berne.

Mis à jour le 16 avr. 2009
AGENCE FRANCE-PRESSE

La petite ville de Niikappu, située sur l'île nippone septentrionale de Hokkaido, prévoit de proposer le mois prochain au plus offrant ses quatre écoles désertées, via le site d'enchères de Yahoo! Japan, selon Hidenori Tsutsumi, un fonctionnaire municipal chargé de suivre l'affaire.

La salle de vente virtuelle de Yahoo! Japan (société japonaise) accueille déjà depuis longtemps des objets et équipements cédés par le secteur public nippon, mais le cas de Niikkapu illustre l'inquiétante évolution de la démographie du Japon.

Cette cité agricole et port de pêche de 11 000 habitants a fermé l'année dernière sept de ses neuf écoles. Trois des établissements clos ont été convertis en bâtiment administratif pour le premier, maison de repos pour le deuxième et local de club hippique pour le troisième. Mais quatre n'ont pas encore trouvé d'acquéreur, ce qui a conduit la municipalité à envisager le recours aux enchères sur internet.

Trois des écoles à vendre se targuent d'enfermer des logements spacieux (utilisés alors par des enseignants) et une piscine. Mise à prix: de 21,8 millions à 67,4 millions de yens (de 262 000 à 825 000 $ CAN).

Hokkaido est une des zones les plus rurales et les moins peuplées du Japon, défavorisée par son climat très froid.

La chute du nombre de naissances est cependant un problème qui concerne l'ensemble du Japon, pays où les personnes de plus de 65 ans sont déjà bien plus nombreuses que celles de moins de 13 ans et où les mesures politiques pour faciliter l'éducation des tout-petits comme les infrastructures nécessaires sont encore notoirement insuffisantes.