C’est une nouvelle organisation du travail qui se mettra en place à partir de septembre prochain dans un possible monde post-pandémique. Le télétravail s’est installé et a été validé, des employeurs vont opter pour des formules hybrides bureau-maison, d’autres vont rappeler tout le monde au bureau. On sait ça, mais cela mis à part, chacun dans sa cuisine ou dans son bureau vitré de Place Ville Marie, on ne sait pas trop comment ça va marcher. Est-ce qu’on a encore besoin d’un titre de transports en commun toute l’année, par exemple ?

Bruno Bisson
Bruno Bisson La Presse

L’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), qui finance les transports collectifs dans la région métropolitaine et en fixe les tarifs, a annoncé mardi que la suspension des paiements automatiques pour les titres annuels OPUS+, OPUS+entreprise, OPUS à l’année et OPUS & Cie est prolongée jusqu’à décembre prochain.

Cette mesure vise expressément à laisser aux abonnés le temps de déterminer leurs futurs besoins en transport, à l’automne, quand la vie commencera (peut-être) à suivre un cours nouveau ou normal.

Le porte-parole de l’ARTM, Simon Charbonneau, a rappelé que ces abonnés aux titres annuels sont en grande majorité des travailleurs « pendulaires » qui ont l’habitude de prendre les transports collectifs matin et soir pour se rendre au travail et en revenir. Au début de la pandémie, en avril 2020, ils étaient 117 063 abonnés à ces titres annuels, payables chaque mois par paiement préautorisé, dans la région métropolitaine.

Un an plus tard, en avril dernier, ils sont encore 76 815 à avoir conservé ces titres, actifs ou suspendus, malgré la pandémie.

Inutilisables

L’ARTM précise que les abonnés qui ont déjà suspendu leur abonnement, depuis le début de la pandémie, n’auront pas à demander une prolongation jusqu’à décembre. À moins d’avis contraire de la part de l’usager, les paiements reprendront en décembre 2021 pour l’achat d’un titre de janvier 2022.

Les usagers peuvent réactiver leur abonnement à tout moment sur leur compte client en ligne. À noter que lorsqu’un compte est réactivé, il ne peut plus être suspendu de nouveau.

En annonçant la suspension des paiements pour ces titres, l’ARTM a aussi pris soin de rappeler que ces titres étant suspendus, ils ne peuvent pas être utilisés pour prendre les transports collectifs. Voyager dans les transports collectifs sans titre valide est une infraction qui peut entraîner une amende.

Les usagers doivent donc acheter des titres au comptant, ou les stocker sur une carte OPUS distincte de celle où est enregistré le titre suspendu.