Les feuilles mortes se ramassent à la pelle mécanique, ces jours-ci, dans les rues de Montréal, et le travail de la machinerie lourde indispose certains citoyens, notamment dans l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve (MHM), où des opérations menées de nuit, et même le soir de l’Halloween, ont été décriées.

Isabelle Ducas Isabelle Ducas
La Presse

Mais les autorités municipales affirment qu’elles n’ont pas le choix de travailler de soir et de nuit pour réussir à ramasser toutes les feuilles mortes avant le gel et la neige.

« Il faut éviter un scénario où nos équipes doivent ramasser des amas de feuilles mélangés dans des bancs de neige », dit Vincent Fortin, chargé de communications pour l’arrondissement de MHM, pour expliquer l’empressement d-s employés cols bleus à dégager les rues. « L’arrivée hâtive de la neige et de la glace nous force à accélérer nos opérations de ramassage des feuilles. »

Lorsque des feuilles mortes sont mélangées à la neige, elles peuvent obstruer les lames des souffleuses et compliquent aussi le déchargement de la neige.

« Avec les changements météorologiques des dernières années, la période de ramassage des feuilles est de plus en plus courte et rapprochée des premières neiges », observe M. Fortin.

Samedi dernier, des citoyens ont dénoncé sur les réseaux sociaux une opération de chargement des feuilles dans des camions, avec de la machinerie lourde, en pleine soirée d’Halloween dans un secteur résidentiel de Tétreaultville, alors que de nombreux enfants déguisés circulaient dans les rues.

« Les enfants marchent et les camions roulent sur les trottoirs. Le camion blanc a failli frapper trois enfants devant notre maison », a dénoncé Mariline Pageau sur la page Facebook Vivre à Tétreaultville, en diffusant une vidéo de l’opération et en interpellant les élus municipaux.

La conseillère municipale du secteur, Suzie Miron, a alors répondu qu’elle avait avisé une personne responsable de la situation. « Hormis des patrouilles, ces employés auraient dû être affectés à d’autres tâches », a-t-elle indiqué sous la publication Facebook.

Seulement une plainte a été reçue à l’arrondissement par l’entremise du numéro 311, indique Vincent Fortin.

« En amont de l’opération du 31 octobre de soir et de nuit, une tournée des rues a été effectuée avec une camionnette de signalisation et des employés à pied, indique-t-il. Cette tournée a révélé que les rues étaient désertes étant donné l’heure avancée de la soirée. Aucun appel n’a été reçu par les équipes de la voirie durant lesdites opérations, ce qui aurait mis fin aux opérations sur le champ. Nous sommes toutefois conscients de la problématique que cette opération a engendrée et sommes en train de réviser nos pratiques en la matière afin d’éviter les secteurs résidentiels. »