Le tunnel piétonnier lugubre qui relie la station de métro Champ-de-Mars à l’hôtel de ville de Montréal et au Vieux-Montréal, en passant sous une bretelle d’autoroute et sous la rue Saint-Antoine, sera « déconstruit » au cours des mois qui viennent, avec ses quatre petits bâtiments d’accès (édicules).

Bruno Bisson Bruno Bisson
La Presse

Le tunnel sera remplacé d’ici 2022 par une longue passerelle entièrement intégrée au concept d’aménagement de la place des Montréalaises, le vaste espace public créé en 2017 au pied du Champ-de-Mars et de l’hôtel de ville de Montréal avec le recouvrement partiel de l’autoroute Ville-Marie.

Selon la Ville de Montréal, le budget prévu pour la réalisation des aménagements sera de 81 millions, en forte hausse par rapport au budget de 62,5 millions présenté en 2018, au moment du dévoilement du projet. Ces coûts incluent toutefois le démantèlement du tunnel et de ses accès actuels, qui n’étaient pas d’accès universel. La conception et les plans et devis détaillés de la place des Montréalaises devraient être terminés à la fin de l’année, et un appel d’offres sera lancé au début de 2021.

La nouvelle place des Montréalaises entièrement aménagée devait être terminée pour 2022. Ça ira plus tôt à 2023, a confirmé la Ville vendredi dans un courriel à La Presse.

Champ fleuri

Cet espace de plus de 1500 mètres carrés, déstructuré en raison de la présence d’une bretelle d’autoroute, a été redéfini grâce au recouvrement partiel de l’autoroute Ville-Marie sur une distance d’environ 125 mètres entre l’avenue de l’Hôtel-de-Ville et la rue Sanguinet, complété à la fin de 2017. Cet investissement de 70 millions avait été entièrement financé par le ministère des Transports du Québec, comme un legs à la Ville pour son 375anniversaire.

Sommairement aménagé depuis l’inauguration, le site se transformera peu à peu en un vaste pré fleuri, aménagé sur plan incliné, au bas duquel on construira un amphithéâtre urbain, avec gradins, et bordé par une esplanade publique pouvant accueillir chapiteaux, foires ou autres évènements.

Esquisses du projet

  • Entrée avenue de l’Hôtel-de-Ville : l’entrée de la place par l’avenue de l’Hôtel-de-Ville donnera sur une grande esplanade pouvant accueillir des fêtes ou rassemblements publics

    ESQUISSE FOURNIE PAR LA VILLE DE MONTRÉAL

    Entrée avenue de l’Hôtel-de-Ville : l’entrée de la place par l’avenue de l’Hôtel-de-Ville donnera sur une grande esplanade pouvant accueillir des fêtes ou rassemblements publics

  • Le Champ Fleuri-place des Montréalaises : le Pré fleuri, composé de 21 espèces de plantes et de fleurs, est l’élément central de ce vaste espace commémoratif dédié à la mémoire des femmes qui ont bâti la métropole du Québec.

    ESQUISSE FOURNIE PAR LA VILLE DE MONTRÉAL

    Le Champ Fleuri-place des Montréalaises : le Pré fleuri, composé de 21 espèces de plantes et de fleurs, est l’élément central de ce vaste espace commémoratif dédié à la mémoire des femmes qui ont bâti la métropole du Québec.

  • Installation lumineuse du pré fleuri : ce plan permet d’apprécier comment la passerelle piétonnière sera complètement intégrée au décor de la place. La passerelle (en blanc sur le plan entre les allées de fleurs) s’élèvera avec une pente douce de 6,5 %, passé la station de métro, en direction de la Cité administrative (dont l’hôtel de ville, au fond), tandis que le pré incliné en couvrira entièrement le flanc, jusqu’à l’esplanade.

    ESQUISSE FOURNIE PAR LA VILLE DE MONTRÉAL

    Installation lumineuse du pré fleuri : ce plan permet d’apprécier comment la passerelle piétonnière sera complètement intégrée au décor de la place. La passerelle (en blanc sur le plan entre les allées de fleurs) s’élèvera avec une pente douce de 6,5 %, passé la station de métro, en direction de la Cité administrative (dont l’hôtel de ville, au fond), tandis que le pré incliné en couvrira entièrement le flanc, jusqu’à l’esplanade.

  • Amphithéâtre urbain et colonne architecturale : l’aménagement en pente douce sur les flancs de la structure principale permettra de nicher au creux de la rue Saint-Antoine un amphithéâtre public avec gradins, près duquel pourront se greffer un café, un bâtiment d’accès, etc.

    ESQUISSE FOURNIE PAR LA VILLE DE MONTRÉAL

    Amphithéâtre urbain et colonne architecturale : l’aménagement en pente douce sur les flancs de la structure principale permettra de nicher au creux de la rue Saint-Antoine un amphithéâtre public avec gradins, près duquel pourront se greffer un café, un bâtiment d’accès, etc.

  • Emmarchement commémoratif des 21 Montréalaises : au cœur du pré fleuri, un escalier monumental portera sur les marches les noms gravés des 21 femmes dont la mémoire est célébrée par la place des Montréalaises.

    ESQUISSE FOURNIE PAR LA VILLE DE MONTRÉAL

    Emmarchement commémoratif des 21 Montréalaises : au cœur du pré fleuri, un escalier monumental portera sur les marches les noms gravés des 21 femmes dont la mémoire est célébrée par la place des Montréalaises.

  • Commémoration de Marie-Josèphe-Angélique : le concept dévoilé prévoit aussi un espace commémoratif pour Marie-Josèphe-Angélique, jeune esclave noire du XVIIIe siècle condamnée à mort et exécutée après qu’on l’eut accusée d’avoir mis le feu à la résidence de sa maîtresse.

    ESQUISSE FOURNIE PAR LA VILLE DE MONTRÉAL

    Commémoration de Marie-Josèphe-Angélique : le concept dévoilé prévoit aussi un espace commémoratif pour Marie-Josèphe-Angélique, jeune esclave noire du XVIIIe siècle condamnée à mort et exécutée après qu’on l’eut accusée d’avoir mis le feu à la résidence de sa maîtresse.

1/6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La place occupera tout l’espace ceinturé par les rues Saint-Antoine, Hôtel-de-Ville et Viger autour de la station de métro Champ-de-Mars, et rendra hommage à 21 femmes ayant marqué l’histoire de la ville, dont la cofondatrice de Montréal, Jeanne Mance, la joueuse de hockey Agnès Vautier, la journaliste et animatrice de radio et de télé d’origine mohawk, Myra Cree, et les 14 femmes victimes de la tuerie de Polytechnique.

Un espace commémorera aussi la vie de Marie-Josèphe-Angélique, esclave noire condamnée à mort et exécutée en 1734.

Les noms de ces 21 femmes seront gravés sur un emmarchement – structure en escalier monumental – au milieu d’un pré fleuri abritant 21 espèces de plantes et de fleurs.

Le concept, élaboré par le bureau d’architectes Lemay, avec SNC-Lavalin et l’artiste visuelle Angela Silver, permettra d’intégrer complètement l’imposante dalle de béton de la future passerelle piétonne. Cette passerelle unira la place aux bâtiments administratifs de la municipalité, dont l’hôtel de ville, en passant au-dessus des voies routières, et non pas dessous, en plus d’assurer l’accès universel au Vieux-Montréal à partir de la station de métro Champ-de-Mars.