Des usagers du train de banlieue de Mascouche pourront se rendre jusqu’à la gare Centrale, au centre-ville de Montréal, sans correspondance, dès le mois de janvier, malgré la fermeture définitive du tunnel ferroviaire du mont Royal.

Bruno Bisson Bruno Bisson
La Presse

La ministre déléguée aux Transports et responsable de la métropole, Chantal Rouleau, a annoncé hier qu’en vertu d’une entente intervenue avec le Canadien National (CN), le « train de l’Est » pourra faire le tour de la montagne, au lieu de passer dessous, en empruntant le réseau du CN à travers les voies de triage de Côte-Saint-Luc.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

La ministre déléguée aux Transports, Chantal Rouleau, était visiblement fière d’annoncer vendredi le devancement du projet de contournement du mont Royal pour le train de Mascouche.

Seulement trois des cinq départs quotidiens du train de Mascouche se rendront au centre-ville. Les deux autres trains s’arrêteront à la gare Ahuntsic, dans le nord de Montréal. Ce contournement de la montagne pour le train de Mascouche avait déjà été annoncé en septembre. Sa mise en œuvre n’avait toutefois pas été anticipée avant juin 2020.

Des travaux ferroviaires de 30 millions seront nécessaires afin de permettre le passage des trains de banlieue sur cette partie du réseau CN, destinée au transport des marchandises. Un pont ferroviaire au-dessus de la ligne de train Deux-Montagnes devra être doublé, et une nouvelle voie ferrée d’environ six kilomètres de long sera construite entre ce pont et la gare de triage Taschereau.

Le contournement de la montagne allongera le trajet du train de Mascouche de 15 à 20 minutes lorsque l’ensemble des nouvelles infrastructures auront été connectées et automatisées, quelque part au printemps prochain. Dans l’intervalle, les trains qui se rendront jusqu’au centre-ville, à partir du 6 janvier prochain, pourraient prendre jusqu’à 30 minutes de plus que le trajet actuel.

Services transitoires

Ces nouveaux investissements s’ajoutent aux 192 millions déjà avancés par Québec et par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) pour financer des services de transports collectifs transitoires en remplacement des lignes de trains de banlieue de Mascouche et Deux-Montagnes, qui n’auront plus d’accès direct au centre-ville au début de 2020.

En plus du devancement du parcours alternatif du train de Mascouche, la ministre Rouleau a aussi annoncé la création d’une nouvelle navette par bus (ligne 405) entre la gare de Deux-Montagnes et la gare de Sainte-Thérèse, sur la ligne de train de banlieue de Saint-Jérôme. Cette navette reliera les deux gares, sur une distance d’environ 15 kilomètres, en dehors des périodes de pointe.

De plus, la ministre Rouleau a annoncé une bonification importante aux départs de navettes qui relieront directement la municipalité de Deux-Montagnes et le centre-ville de Montréal, sept jours par semaine et 20 heures par jour, mais seulement hors des périodes de pointe. Le nombre total des départs dans les deux directions passera ainsi de 23, comme on l’avait annoncé en septembre, à 44.

Le 6 janvier prochain, le tunnel ferroviaire du mont Royal sera définitivement fermé aux trains de banlieue après plus d’un siècle d’utilisation. Le tunnel de 5 km entre la municipalité de Mont-Royal et la gare Centrale sera complètement réaménagé afin de répondre aux exigences de sécurité du futur Réseau express métropolitain (REM), un projet de métro léger de 6,3 milliards de la CDPQ.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

La visite guidée offerte hier aux médias a permis de voir de près le viaduc construit au-dessus du canal de Lachine pour permettre au futur REM de rentrer à la gare Centrale. D’autres structures destinées à supporter la portion surélevée du REM se dressent en arrière-plan.

Une première branche du futur REM sera mise en service en 2022 à partir de la station Du Ruisseau (à la gare du même nom sur la ligne de train de Deux-Montagnes). Mais pour une majorité des 15 000 usagers de la ligne de train de Deux-Montagnes qui vivent à Laval, en banlieue nord, ou dans l’ouest de l’île de Montréal, le REM ne viendra pas combler la perte du train de banlieue avant la fin de 2023.