La Grande Bibliothèque, à Montréal, présente des séquelles de plusieurs années d’austérité budgétaire. Selon des données de l’Institut de la statistique du Québec, son nombre de visiteurs a diminué de 26 % entre 2008 et 2018, une baisse d’achalandage que l’institution explique en partie par des collections moins bien garnies.

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

Dans une entrevue sollicitée par La Presse, le nouveau président-directeur général de BAnQ, Jean-Louis Roy, explique que l’austérité a été ressentie par les usagers, mais aussi par les employés, dont certains en « détresse » professionnelle sont partis en « se disant [qu’ils ne voulaient] pas être dans un bateau qui gère l’errance sur la mer ».

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Jean-Louis Roy, nouveau président-directeur général de BAnQ

« [Nous avons] été mis en situation de décroissance année après année depuis 2009. [Cette année], c’est la première fois en 10 ans que nous n’avons pas à absorber, entre autres, des coupes budgétaires drastiques », illustre M. Roy, reconnaissant que Québec absorbe cette fois-ci les coûts de système (augmentations de salaire, assurances, hausse des frais locatifs, etc.), en plus de s’engager à travailler pour rendre son financement stable.

Selon les données de l’Institut de la statistique du Québec, la contribution du ministère de la Culture à la Grande Bibliothèque a chuté de 44 % entre 2008 et 2018.

Moins de titres sur les rayons

Jean-Louis Roy affirme que les usagers de la Grande Bibliothèque, à Montréal, ont constaté au cours des dernières années que la collection universelle était moins généreuse qu’avant. « Si vous baissez année après année l’achat de nouveaux livres, dit-il, les gens vont s’en rendre compte. »

Ainsi, sans réductions budgétaires, l’institution aurait pu acheter près de 150 000 nouveaux livres imprimés de plus depuis cinq ans, explique M. Roy. Pour les documents audiovisuels, le nombre est de 20 000 sur la même période. « C’est considérable », juge-t-il.

L’infestation médiatisée de punaises de lit dans certains fauteuils de la Grande Bibliothèque, à l’été 2018, a également joué sur l’achalandage, ajoute M. Roy. « [Entre juillet et septembre 2018], il y a eu 50 000 visites de moins comparativement à l’été 2017. » De nouveaux fauteuils mieux protégés contre cette vermine devraient être installés d’ici la fin de l’année.

Un aspect positif : BAnQ a noté depuis avril dernier une hausse de la fréquentation de la Grande Bibliothèque, alors que l’institution réinvestit progressivement dans ses collections grâce à une stabilisation de ses ressources budgétaires. La proportion d’usagers qui prennent la voie du numérique est aussi en forte croissance, ajoute M. Roy.

Des employés durement touchés

Au cours des dernières années, des services complets de BAnQ ont été grandement réduits ou même abolis, notamment à la recherche, à la publication et aux communications. Jean-Louis Roy reconnaît que cette situation a placé ses équipes hautement spécialisées dans des situations précaires.

« Et quand, sous l’ancien gouvernement, on a ajouté 600 millions d’argent frais [avec le lancement de la politique culturelle], la seule institution qui n’a rien eu, c’est BAnQ — 0 $ sur 600 millions ! », s’exclame-t-il.

Nous étions dans une gestion de décroissance continue pendant près de 10 ans. Nous avons perdu des effectifs de qualité. [Mais je crois que] l’intervention du gouvernement pour [stabiliser] nos budgets et pour accepter d’examiner notre financement à long terme a rétabli la confiance.

Jean-Louis Roy

Dans son dernier rapport annuel financier, BAnQ a toutefois été ciblée par le Vérificateur général, qui s’est dit « préoccupé » que l’institution ait fait un don de 800 000 $ à sa fondation, alors qu’elle avait terminé l’année financière avec un déficit.

« Étant donné que la Fondation a pour mission de recueillir des fonds afin de soutenir la réalisation de projets pour appuyer l’entité dans la réalisation de sa mission, je suis préoccupée par cette pratique [qui consiste] à contribuer substantiellement aux activités de la Fondation à même les fonds publics et, par conséquent, à contourner ce que le gouvernement aurait pu décider si l’entité avait conservé ce surplus », est-il écrit dans le rapport annuel d’activités 2018-2019.

Le PDG de BAnQ, Jean-Louis Roy, affirme que le ministère de la Culture avait été informé de ce don avant qu’il soit fait et qu’il ne s’y était pas opposé.

— Avec Pierre-André Normandin, La Presse