Source ID:aa2c31852dcd396b8b4132f817096e2f; App Source:StoryBuilder

«Festival du solstice d'été»: Québec et la mairesse Plante rabrouent le Sud-Ouest

NICOLAS BOURCIER
La Presse

Québec somme l'organisation du Festival du solstice d'été de remettre la fête nationale à l'avant-plan de sa promotion.

«Quelle erreur de jugement! C'est notre fête nationale! On est fiers d'être Québécois. On est fiers de notre nation. Disons-le haut et fort: Bonne fête nationale!», a réagi François Legault en mêlée de presse jeudi matin.

Le «Festival du solstice d'été» a été unanimement décrié à Québec par la classe politique qui a dénoncé le nom choisi par l'arrondissement montréalais du Sud-Ouest.

«On n'acceptera jamais que les fonds du gouvernement qui servent à célébrer notre fierté, nos valeurs et notre nation, servent à d'autres fins que la célébration de la fête nationale, a assuré la ministre déléguée à l'Éducation, Isabelle Charest. Comme le financement dépendait de la promotion de la fête nationale, les correctifs seront apportés. J'ose espérer que des situations comme celle-là ne se reproduisent plus.»

Les traditionnelles célébrations du 24 juin ont été rebaptisées «Festival du solstice d'été» par l'arrondissement montréalais du Sud-Ouest, dont les affiches ne font aucune mention de la «fête nationale» ou de la «Saint-Jean-Baptiste».

Tôt jeudi, sur Twitter, la mairesse Valérie Plante a sommé les organisateurs de maintenir la fête nationale dans le quartier: «Le 23-24  juin, nous fêtons fièrement la fête nationale du Québec. Je vais exiger des organisateurs du Solstice d'été qu'ils refassent leurs affiches pour mettre en valeur la fête nationale. S'il y a un moment pour s'afficher, s'affirmer et non s'effacer, c'est celui-là.»

Québec somme l'organisation du Festival du solstice d'été... (CAPTURE D'ÉCRAN) - image 3.0

Agrandir

CAPTURE D'ÉCRAN

Devant la controverse, le maire d'arrondissement, Benoît Dorais, a reculé et annoncé que l'évènement reprendrait le nom original, La Saint-Jean dans le Sud-Ouest.

L'organisation a adopté le nom de «Festival du solstice d'été» parce qu'elle «avait l'intention d'en faire un évènement qui durerait plus longtemps que les traditionnelles journées de la Saint-Jean, a expliqué la porte-parole, Julie Bourbonnière. On s'est dit qu'on commencerait avec 3 jours et qu'on l'intégrerait dans les festivités entourant la fête nationale.»

Dans leurs recherches sur les traditions entourant cette fête, ils ont appris que le solstice d'été était à la base des célébrations de la Saint-Jean-Baptiste, depuis la Nouvelle-France.

«On n'a pas pensé que ça deviendrait un si gros problème. On admet notre erreur, a poursuivi Julie Bourbonnière. Peut-être qu'on n'a pas assez souligné l'importance de la Saint-Jean dans nos célébrations. Peut-être qu'on n'a pas mis assez de fleurs de lys. On a sous-estimé la sensibilité du public québécois. Ce n'était vraiment pas notre intention que de diluer la fête nationale.»

Elle ajoute que Québec n'a jamais précisé que le financement était conditionnel à la promotion de la fête nationale au premier plan.

Désapprobation unanime à Québec

«Moi, je vais fêter la fête nationale. Très sincèrement, je ne sais pas pourquoi on [a] fait ça [à Montréal]. C'est la fête de tous les Québécois. On est capable de se réunir cette journée-là qu'on soit indépendantiste, fédéraliste, de toutes les cultures et de tous les horizons», a réagi le leader parlementaire de l'opposition officielle, le libéral Sébastien Proulx.  

«On est-tu en train de virer sur le top?», a réagi fortement le chef par intérim du Parti québécois, Pascal Bérubé.

«C'est franchement n'importe quoi. [...] Le 24 juin, c'est la fête nationale, c'est clair», a-t-il ajouté.  

«Je crois que c'est une erreur, sans doute de bonne foi», a déclaré la ministre déléguée aux Transports, Chantale Rouleau.

Les artistes réagissent 

Comme par les années passées, un tronçon de la rue Notre-Dame Ouest sera fermé afin de permettre aux petits et aux grands d'assister à des concerts, de se faire maquiller ou encore d'observer un défilé. L'événement inclut même un «discours patriotique» et est financé par le Mouvement national des Québécoises et des Québécois, responsable de la coordination des festivités partout au Québec.  

Le groupe rap Loco Locass est au programme. Sa figure de proue, Biz, a dénoncé la situation sur les réseaux sociaux. «En ce qui me concerne, il est clair qu'on va célébrer la Saint-Jean, fête nationale de tous les Québécois», a-t-il écrit.

Dans son émission sur les ondes du 98,5, Paul Arcand a réagi. «Personnellement, ça m'insulte. Il y a une fête nationale au Québec et c'est le 24 juin.»

Guy A. Lepage, animateur de la fête nationale pendant cinq ans à Montréal, s'est dit «peiné et perplexe».

- Avec Hugo Pilon-Larose, Tommy Chouinard et Philippe Teisceira-Lessard, La Presse 




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer