De retour d'Amérique du Sud, la mairesse Valérie Plante « exige des excuses » du maire de Hampstead pour avoir comparé le projet de loi 21 sur la laïcité à du « nettoyage ethnique ».

Mis à jour le 11 avr. 2019
PIERRE-ANDRÉ NORMANDIN LA PRESSE

« Par ses propos et son refus de s'excuser, le maire William Steinberg est en train de détourner le débat du projet de loi sur la laïcité pour devenir lui-même l'objet du débat. Cette attitude est irresponsable et doit être dénoncée », a déploré la mairesse dans une déclaration écrite.

Valérie Plante n'avait pas encore commenté publiquement la controverse, alors qu'elle se trouvait en Amérique du Sud depuis une semaine pour participer à un sommet des principales métropoles du monde. Sur les réseaux sociaux, certains ont critiqué le silence de la mairesse, mettant en opposition sa vive sortie contre une élue d'Anjou contre une médecin portant le voile. Elle a donc profité de son retour pour ajouter sa voix au concert de dénonciations. « Le maire Steinberg a prononcé des propos absolument inacceptables, des propos qui ont suscité l'indignation partout au Québec, avec raison. Les propos du maire Steinberg n'ont pas leur place dans le débat public », a-t-elle indiqué.

Contrairement à Anjou qui est un arrondissement de Montréal, Hampstead est une ville défusionnée. La municipalité paie une cotisation à l'agglomération de Montréal et siège à la Communauté métropolitaine de Montréal.