L'autobus ou l'auto pour aller prendre le train ? L'accès au nouveau Réseau électrique métropolitain (REM) était au centre des inquiétudes des Brossardois venus nombreux, hier soir, à la troisième séance d'information organisée par le réseau.

PHILIPPE TEISCEIRA-LESSARD LA PRESSE

La grande salle du centre culturel de la municipalité était pleine, quelques dizaines de personnes ont même été forcées de demeurer debout. La rencontre s'est déroulée dans le calme.

Le secteur de Brossard, qui abritera trois stations, comptera sensiblement le même nombre de places de stationnement incitatif que les terminaux d'autobus actuels, ont indiqué les promoteurs du REM - ce qui inquiète des résidants. Ils seront parmi les premiers à pouvoir profiter du nouveau train automatique, dès 2021.

« C'est une bonne chose pour la Rive-Sud, mais il faut être réaliste : ça va être populaire, il va y avoir beaucoup de voitures, les gens ne sont pas prêts à abandonner leurs voitures », a fait valoir Glenn Staniforth, qui s'inquiétait notamment pour les parents d'enfants en bas âge.

« C'est le thème qui revient à plusieurs reprises : est-ce qu'ils ont réellement pensé à leur affaire pour dans cinq ans, dix ans ? » - Glenn Staniforth, résidant dans le secteur de Brossard

Virginie Cousineau, chargée des affaires publiques du projet, a tenté de convaincre les banlieusards que la solution n'était pas de construire d'immenses stationnements autour des gares.

« Plus on crée de places de stationnement, plus ça crée de la congestion autour et dans les quartiers », a-t-elle fait valoir. « L'objectif, c'est de vous offrir plus de transport par autobus pour que vous n'ayez pas à prendre votre voiture pour accéder à la station. »

« Sur l'ensemble de la Rive-Sud, à l'ouverture du REM, il y aura environ 3200 places de stationnement : environ 3000 à la station Rive-Sud, environ 200 à la station Panama », a-t-elle ajouté. La gare d'autobus Panama en compte actuellement 1200.

De nouvelles bretelles et de nouveaux ponts d'étagement seront construits sur l'A10 pour permettre aux autobus en provenance de l'Estrie et de la Montérégie d'atteindre la station Rive-Sud, qui constitue un terminal.

Voies réservées déplacées

Sur la Rive-Sud de Montréal, le REM circulera entre les deux voies du pont Samuel-De Champlain (le nouveau pont Champlain), puis entre les deux voies de l'A10 jusqu'à l'intersection de l'A30. En chemin, les trains s'arrêteront à la hauteur de l'actuelle station Panama, puis juste avant l'intersection avec l'A30 pour desservir le mégaprojet immobilier Solar Uniquartier (station du Quartier) et finalement face à l'actuel quartier DIX30 (terminal Rive-Sud).

Sur cette branche du réseau, la mise en service est prévue fin 2021. Les wagons se déplaceront à vide à partir de fin 2020 afin d'effectuer des tests.

« On vient complètement changer votre façon de vous déplacer », a lancé Virginie Cousineau, vantant « le plus grand projet de transports collectifs depuis le métro de Montréal » avec ses 67 km et ses 26 stations. L'organisation prévoit un parcours de 19 minutes entre la station Rive-Sud et le centre-ville de Montréal, une quarantaine pour se rendre à l'aéroport Montréal-Trudeau.

« C'est une offre de service exceptionnelle que vous allez avoir sur votre territoire, qui va changer votre vie pour le mieux. » - Virginie Cousineau, chargée des affaires publiques du projet REM

Mme Cousineau a toutefois souligné que l'année 2019 allait « être une année où le REM sera plus que jamais une réalité sur votre territoire », ce qui aura pour conséquence la fermeture des voies réservées pour les autobus au centre de l'A10 pour permettre les travaux d'installation du rail. Les autobus circuleront sur l'accotement de l'autoroute, toujours en marge de la congestion. Cette situation a semblé susciter peu d'inquiétudes dans la salle.

La mairesse satisfaite

La mairesse de Brossard, Doreen Assaad, s'est dite satisfaite de la clarté de la présentation d'hier.

« Pour nous, c'était important que les citoyens viennent pour pouvoir interpeller les gens du REM avec leurs préoccupations, leurs craintes. Ça va être un changement de vie qu'ils vont vivre », a-t-elle dit. La rencontrer publiquement « a permis aux gens de se mettre au parfum ».

Elle a souligné qu'il fallait que le système de transports en commun pour conduire les voyageurs jusqu'aux gares du REM soit très efficace, « sinon les gens ne changeront pas leurs habitudes de vie ». L'autobus jusqu'à la gare, « c'est tout à fait louable comme objectif, mais il faut s'assurer que prendre l'autobus soit plus intéressant que prendre la voiture », a-t-elle ajouté.

Photo fournie par le REM

Rendu architectural de la station Panama