L'Association du camionnage du Québec (ACQ) affirme que les « problèmes de performance » d'un opérateur et une « organisation du travail déficiente » au terminal Maisonneuve, dans l'est de Montréal, expliquent les temps d'attente de camionneurs pouvant aller jusqu'à cinq heures afin de prendre livraison d'un conteneur, dans le port de Montréal.

Mis à jour le 17 déc. 2018
BRUNO BISSON LA PRESSE

Le PDG du plus important regroupement de transporteurs au Québec, Marc Cadieux, affirme que les épisodes de congestion des camions, avec des temps d'attente « astronomiques » de plus de 180 minutes, comme lundi dernier, surviennent « de plus en plus souvent, mais principalement à Maisonneuve ». Le terminal est exploité par l'entreprise spécialisée Termont, qui rejette ces affirmations.

« Presque tous les jours, quand on arrive à Maisonneuve, c'est le bordel », accuse pour sa part Patrick Turcotte, président du Groupe TYT, un transporteur qui dépêche chaque jour des dizaines de camions au port de Montréal.

« Lundi passé, dit-il, j'ai payé du temps d'attente pour des chauffeurs qui ont perdu cinq heures dans le port. »

« Ces coûts-là, pour le moment, on les absorbe, on ne les refilera pas aux clients. Mais si la situation continue de se détériorer, comme elle l'a fait depuis trois ou quatre semaines, on n'aura pas le choix, bientôt, d'appliquer des surcharges drastiques à notre clientèle, pour un terminal en particulier. » - Patrick Turcotte

Dans cette dispute entre les camionneurs et l'opérateur de deux des terminaux à conteneurs, l'Administration portuaire de Montréal se tient à distance. Dans un courriel envoyé à La Presse, la semaine dernière, la directrice des communications de l'Administration portuaire de Montréal, Mélanie Nadeau, a assuré que sur le territoire portuaire, soit au « portail d'entrée des camions à la rue De Boucherville et les autres, [l'Administrtion n'avait] pas constaté de débordements importants et de situations problématiques récurrentes, au cours des derniers mois ».

Le Port de Montréal a rappelé que de nombreuses initiatives ont été mises en oeuvre, depuis le printemps dernier, afin d'améliorer la fluidité des mouvements des quelque 2500 camions, chaque jour, à l'entrée et à la sortie des quatre terminaux du port (voir capsule à la fin du texte).

Des lundis problématiques

Lundi dernier, affirme l'ACQ, les temps d'attente en temps réel affichés sur le portail du camionnage, consultable en ligne, n'ont pas baissé sous les 180 minutes de tout l'après-midi, au terminal Maisonneuve. Le directeur général de Termont, l'entreprise qui exploite ce terminal, reconnaît que les délais « étaient très longs. On en est tout à fait conscients ».

Julien Dubreuil rejette toutefois les critiques voulant que ces problèmes soient chroniques à Maisonneuve.

« C'est épisodique. Lundi a été une mauvaise journée, mais le reste de la semaine s'est quand même bien passé. » - Julien Dubreuil

C'est l'arrivée de bateaux le vendredi et les fins de semaine qui causerait des « achalandages massifs ».

« Quand il arrive des bateaux le vendredi ou durant la fin de semaine, on débarque les conteneurs, mais les transporteurs ne peuvent pas les cueillir les samedis et dimanches, car tous les terminaux sont fermés. Les entreprises de camionnage doivent payer des amendes quand elles ne livrent pas à temps, si bien que le lundi matin, on se retrouve avec un grand nombre de camions dès 6h du matin et que les délais s'additionnent au cours de la journée. C'est ce qui est arrivé la semaine dernière. »

M. Dubreuil a assuré que la fluidité du trafic lourd s'est grandement améliorée depuis le printemps dernier. En mars, des files d'attente de plusieurs kilomètres s'étaient formées jusque sur le réseau routier municipal, dans l'est de Montréal, en raison des embouteillages à tous les terminaux du port.

Les opérateurs Cast et Termont ont presque doublé la durée des heures d'ouverture, qui s'étendent maintenant sur 17 heures, soit de 6h à 23h, alors que les terminaux fermaient les guérites à 15h, le printemps dernier.

Malgré ces heures prolongées, a fait valoir M. Dubreuil, « on n'est pas encore arrivés à mieux distribuer les arrivées et départs des camions dans le temps. Selon nos données, il n'y a qu'environ 20 % des voyages qui se font durant cette nouvelle plage horaire, de 15h à 23h. Le soir, il y en a, de la capacité ».

***

LES INITIATIVES RÉCEMMENT MISES EN PLACE POUR AMÉLIORER LA FLUIDITÉ



- Les heures d'ouverture des terminaux de conteneurs ont été prolongées de 6h à 23h. Ils étaient ouverts seulement de 6h à 15h jusqu'au printemps dernier.

- Embauche prévue d'une centaine de vérificateurs et de débardeurs d'ici à la fin de 2018.

- Patrouilles en permanence pour gérer la circulation et les files d'attente dans le port.

- Amélioration du Portail du camionnage sur le site web du Port de Montréal.

- Affichage des délais d'attente en temps réel à chaque terminal.